opinionsAlsace

La communauté européenne d'Alsace vue par les Alsaciens de Front populaire

OPINION. Faisant suite aux articles et commentaires parus sur le site de Front Populaire sur la Collectivité Européenne d’Alsace (CEA), des alsaciens de Front Populaire&Cie ont souhaité donner leur point de vue pour défendre leur région.

La communauté européenne d'Alsace vue par les Alsaciens de Front populaire

Comme tous les membres de Front Populaire&Cie nous partageons les constats sur le déclassement de notre pays, la France et nous sommes en phase avec les solutions à proposer : nous aimons la France et notre Région avec ses spécificités « l’Alsace » que nous ne supportons plus de voir dépérir culturellement et économiquement, année après année.

Avant tout développement, quelques brefs rappels historiques.

L’Alsace devient française au milieu du XVIIème siècle car elle est annexée par Louis XIV. Après la défaite de 1870 ; elle devient allemande (avec la Moselle). L’arrondissement de Belfort est sauvé par l’armée française. Elle redevient française en 1918 jusqu’à son annexion par l’Allemagne en 1940 avant de revenir française en 1945. Ce territoire a payé un lourd tribut pendant la première guerre mondiale - il est important de dire qu’environ 20 000 alsaciens allemands ont choisi de se battre sous l’uniforme français. Mais c’est surtout la deuxième guerre mondiale qui va profondément meurtrir l’Alsace-Moselle. Sur les 130 000 incorporés de force dans l’armée allemande envoyés majoritairement sur le front de l’Est, « les malgré-nous », 20 000 sont morts et 20 000 sont toujours portés disparus. Certains ont même démarré la guerre sous l’uniforme français, puis allemand, et français dans les forces libres après avoir été récupérés dans le camps russe de Tambov. Les monuments aux morts en Alsace Moselle ne portent pas l’inscription « Morts pour la France » mais

« A nos morts ».

Il faut comprendre qu'au début du siècle passé, l’Alsacien était la principale voire l'unique langue des alsaciens : de transferts d'un pays à un autre au gré des conflits, de censure brutale des politiques culturelles allemand autant que françaises, il ne restait que 800 000 locuteurs, de l’alsacien en 2012.

(source : OLCA : http://www.olcalsace.org/fr/observer-et-veiller/le-dialecte-en-chiffres)

Cette Histoire...

Contenu disponible gratuitement

76 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+