politiqueMacronieabonnés

Chevènement, le macronien ?

15/05/2022

ARTICLE. En annonçant la création du parti Refondation républicaine (RR), dont il est le président d’honneur, Jean-Pierre Chevènement entérine son soutien au président réélu. Que vient faire le républicain souverainiste dans le trou noir de l’extrême centre macroniste ?

Chevènement, le macronien ?


« Je considère qu’Emmanuel Macron a montré les qualités qui sont nécessaires à un chef d’État dans une période de crise comme celle que nous traversons et aussi parce qu’il a évolué dans le bon sens. » C’est ce qu’a déclaré Jean-Pierre Chevènement il y a quelques semaines au micro de BFMTV. Il venait expliciter son ralliement au chef de l’État, rendu public dans un entretien donné deux jours plus tôt au Journal du dimanche.

Défenseur de l’indépendance nationale, des idéaux républicains, de la laïcité, désormais retiré de la vie politique, le très (trop ?) jacobin Chevènement exerce encore un magistère important pour une partie des souverainistes se réclamant de la gauche républicaine. Et c’est parce que cette position l’oblige ou devrait l’obliger que certains dans le camp souverainiste n’ont pas apprécié ce ralliement.

Colère chez les souverainistes

« Quel naufrage pour Chevènement. Se faire un nom en luttant contre le fédéralisme européiste et le néolibéralisme. Finir par soutenir Macron, caricature de ces deux courants politiques », écrit alors sur Twitter Jean-Philippe Tanguy, ancien collaborateur de Nicolas Dupont-Aignan aujourd’hui au Rassemblement national. « La suite du naufrage Chevènement », a de son côté commenté Charles-Henri Gallois.

Coup dur pour les souverainistes, et aubaine pour la Macronie que le conflit russo-ukrainien a protégé d’avoir à affronter son propre bilan (que Chevènement juge très bon, par ailleurs) et que la menace fasciste a propulsé à la tête du pays pour un nouveau quinquennat. Le porte-parole du gouvernement Castex Gabriel Attal avait alors réagi en récupérant la substantifique moelle de l’image chevènementiste : « Je pense que c’est un soutien important, républicain. C’est aussi quelqu’un qui s’est beaucoup battu pour la souveraineté de notre pays. » C’est de bonne guerre.

Chevènement avait déjà récemment suivi Macron dans son déplacement à Belfort,...

Contenu réservé aux abonnés

72 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+