politiqueDémocratie

Démocratie "délibérative" : l'opération enfumage de Richard Ferrand

02/07/2020

Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand va aujourd’hui présenter à Emmanuel Macron ses pistes pour le « monde d’après ». Au menu, le concept fumeux de démocratie « délibérative ».

Démocratie "délibérative" : l'opération enfumage de Richard Ferrand

Le président de l’Assemblée nationale présente ce jeudi après-midi à Emmanuel Macron ses recommandations pour la fin du quinquennat. Ses « priorités » ont également été transmises à l’Agence France Presse ( AFP ). Dans ce document Ferrand appelle de ses vœux une « démocratie délibérative », précisant que « l’urgence est au dialogue ».

Si la situation du pays n’était pas si tragique, il y aurait de quoi sourire. Mouvement des gilets jaunes, réforme des retraites, manifestation de ras-le-bol du personnel hospitalier bien avant l’épisode Covid… En termes d’échanges c’est plutôt à un dialogue de sourds que nous a habitués le pouvoir ces derniers mois.

Quand il évoque la « démocratie délibérative » qu’entend exactement Ferrand ? S’agit-il de multiplier les « Conventions citoyennes » d’une centaine d’effectifs tirés au sort comme sur le climat ? Quand de vrais référendums sont demandés par les Français, si tel est le cas, les ficelles sont un peu grosses, et l’opération d’enfumage bien lourde.

Dans son document de synthèse Richard Ferrand évoque les Français, « ces Gaulois parfois réfractaires » précise-t-il. Il poursuit : « Si des mesures telles que la limitation de vitesse à 80 km/h ou la taxe carbone sont devenues irritantes au point de mobiliser une frange de nos concitoyens (...), il n'est pas impossible que ce soit par défaut de méthode, plutôt que par leur contenu ».

Le président de l’Assemblée nationale pense-t-il sincèrement ce qu’il dit ? Est-il réellement persuadé que le décalage manifeste que l’on observe entre le pouvoir et les citoyens relève d’une question de forme et non de fond ?

Dans ce cas nous lui rappellerons ces quelques mots de Victor Hugo : « la forme, c’est le fond qui remonte à la surface ».

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+