politiqueImpôtsabonnés

L’État et Google vont traquer les piscines illégales en France

16/08/2021

ARTICLE. Le fisc va s’appuyer sur les algorithmes proposés par Google pour traquer les piscines non déclarées en France. Ce même Google qui avait été épinglé il y a moins de deux ans pour… fraudes fiscales aggravées.

L’État et Google vont traquer les piscines illégales en France

Souriez, vous êtes filmés ! Ou plus précisément, votre maison, votre jardin ou votre cabane le sont. Et cette piscine que vous aviez malencontreusement oublié de déclarer au fisc sera bientôt traquée par le fisc français avec l’aide non négligeable de Google.

Le ministère de l’Économie et des Finances va pouvoir détecter les constructions non déclarées — à savoir inamovibles et de plus de dix mètres carrés — en s’appuyant sur les vues aériennes de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN).

Quant à Google, la Direction générale des finances publiques (DGFIP) va faire appel à l’entreprise américaine pour dénicher, via des algorithmes, les nouvelles constructions qui diffèrent avec les cadastres officiels.

Des algorithmes qui détecteront 90 % les piscines illégales

Cette collaboration est née dans le cadre du projet « Foncier Innovant » piloté par les Finances publiques. Au Figaro, la DGFIP explique que le recours « aux technologies innovantes d’intelligence artificielle et de big data » va assurer une « meilleure fiabilité des bases de la fiscalité directe locale ». Google va permettre au fisc de disposer d’infrastructure cloud et de « services pour les prestations de développement des modèles d’intelligence artificielle ».

Bien que Google soit connu pour son service de prise de vue aérienne Google Earth, la DGFIP n’a pas osé aller jusqu’à sous-traiter cette partie. Toujours est-il que les algorithmes du géant numérique vont lui permettre d’accéder à des données pourtant confidentielles.

Pour détecter « avec une fiabilité de 90 % » comme le rappelle LCI, une piscine non déclarée, Google accédera aux données des cadastres. La DGFIP tente de rassurer les uns et les autres, en explique au Figaro que cette technologie va faire l’objet d’une appropriation par ses équipes qui bénéficieront de la « propriété intellectuelle et la...

Contenu réservé aux abonnés

39 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+