ImmigrationFPContenu payant

Grandes écoles, associations, patronat... Les chiens de garde se révoltent contre la loi immigration

ARTICLE. Malgré le vote de la loi immigration par une majorité de députés, bon nombre de contempteurs du texte, pour des raisons différentes, sont vent debout face aux différentes mesures incluses dans la loi. Et ce quitte à être à rebours de l'opinion publique.

Patrick-Martin
Le patron du Medef, Patrick Martin, a affirmé que l'économie a massivement besoin de travailleurs étrangers.ELIOT BLONDET-POOL/SIPA


C’est une véritable offensive contre la volonté des Français. Grandes écoles, universités, patronat, associations... tous tancent le texte du projet de loi Immigration. Le durcissement du texte des derniers jours, avant son vote définitif mardi 19 décembre, les a scandalisés. Les directeurs des trois premières écoles de commerce – l’ESSEC, ESCP et HEC – avaient rédigé hier un texte intitulé : « Caution et quotas d’étudiants du projet de loi Immigration : des mesures qui menacent gravement notre compétitivité internationale ! », dans lequel ils exprimaient leur « profonde préoccupation au sujet de plusieurs mesures présentes au sein de la version actuelle du projet »....

Vous aimerez aussi