sociétéCensure

Libération et Facebook: un axe de la pensée unique

09/08/2020

C'est une minuscule histoire qui se déroule dans le milieu de la gauche bien-pensante. Mais elle en dit long sur le terrorisme intellectuel que certains "progressistes" font régner en France. Pour avoir osé critiquer, de façon fort mesurée, la réforme bioéthique, le journaliste (pourtant très politiquement correct) Jean-Pierre Denis a été dénoncé par Libération à Facebook, qui l'a immédiatement censuré. Le ministère de la Vérité dans ses plus belles oeuvres.

Libération et Facebook: un axe de la pensée unique

Jean-Pierre Denis se définit lui-même comme un "modéré", "formé spirituellement chez les cathos de gauche et politiquement dans le moule rocardien". En d’autres termes un social-démocrate, "peut-être un peu démocrate-chrétien sur les bords" précise-t-il. Autant dire pas tout à fait notre genre de beauté. Jeudi pourtant, cet ancien directeur du magazine La Vie a suscité notre intérêt en rapportant une récente mésaventure numérique pour le moins édifiante:

Samedi 1er août, Jean-Pierre Denis poste sur Facebook un commentaire au sujet du cavalier législatif, voté la veille, qui élargit les critères de l'interruption médicale de grossesse (IMG) aux cas de "détresse psychosociale". Défenseur de la loi Veil, attaché aux droits des femmes à disposer de leur corps, le journaliste s'inquiète que la nouvelle mesure ouvre la voie aux abus: ne va-t-on pas dès lors pouvoir déguiser en IMG des interruptions volontaires de grossesse (IVG) pratiquées au delà du délai légal?

Pour Libération, c'en est trop. Dès qu'il apprend l'existence de cette publication, le service Checknews du journal, chargé de lutter contre les infox et financé par Facebook, réagit en affirmant que Jean-Pierre Denis vient de rédiger une "fake news". Oukase parfaitement absurde puisque les propos reprochés à l'ancien directeur de La Vie sont de l'ordre de l'analyse et de l'interrogation, pas de l'établissement des faits. Sauf que pour Libération, il est interdit de remettre en cause la version officielle des députés socialistes promoteurs du concept de "détresse psychosociale", qui ont présenté leur amendement comme la transposition dans le droit d'une pratique déjà courante (drôle de conception du travail des parlementaires, soit dit en passant, qui se vantent d'être de simples greffiers actant la réalité, c'est-à-dire actant la défaite du politique).

Alertés par Libération, Facebook supprime donc séance tenante le post de Jean-Pierre Denis, sans lui donner la moindre possibilité de s'expliquer. Piqué...

Contenu disponible gratuitement

35 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi