sociétéCovid-19

Régis de Castelnau: "J'assume mes propos dans Hold-up"

OPINION. Régis de Castelnau fait partie des personnalités interrogées dans le documentaire "Hold-up". Rappelant qu'il y tient des propos qui n'ont rien de complotiste, il s'étonne de la violence des attaques contre ce film, très révélatrices à son sens de l'envie de censure qui monte dans notre pays.

Régis de Castelnau: "J'assume mes propos dans Hold-up"

La diffusion du documentaire "Hold-up" provoque une polémique géante, dans un climat de cacophonie impressionnante, de pulsions liberticides plus qu’inquiétantes, et de désolantes courses à la respectabilité bourgeoise.

Il se trouve que les réalisateurs m’ont sollicité et que j’ai été amené à répondre à leurs questions. Sur le fond je n’ai fait que répéter ce que je dis déjà depuis un moment sur les différentes tribunes qui me sont offertes. C’est-à-dire que la gestion de la pandémie par l’actuel pouvoir politique s’effectue dans un cadre juridique dévoyé.

Je ne me suis pas prononcé sur la pertinence des mesures passablement violentes qui sont imposées à un peuple entier. J’estime n’en avoir pas les compétences, même si j’essaie de me forger une conviction en écoutant les avis de ceux qui ont a priori une certaine légitimité et dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils ont du mal à se mettre d’accord. J’ai simplement relevé que le modèle contraignant qui nous est imposé l’était la plupart du temps en violation des règles de l’État de droit qui devrait régner dans notre pays. Qu’outre leur caractère régulièrement illégal, elles ont à peu près systématiquement une dimension essentiellement punitive, et ont tendance à traiter le peuple français comme un ramassis d’enfants irresponsables et méprisables.

Je pense comme beaucoup de commentateurs et d’hommes politiques, par exemple Jean-Luc Mélenchon récemment, que la dérive autoritaire du pouvoir politique dans notre pays est très préoccupante. Je ne considère pas qu’il s’agit là de la mise en œuvre d’une stratégie pensée et organisée très en amont, mais pour le pouvoir macroniste, d’un "effet d’aubaine" qui aggrave la pente naturelle d’un système minoritaire utilisateur régulier des atteintes aux libertés publiques. Et je crains qu’il soit difficile ensuite de revenir en arrière, et de les restaurer dans leur plénitude.

Je...

Contenu disponible gratuitement

70 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+