PolitiqueFPContenu payant

Il n’y aura pas de souveraineté alimentaire dans l’UE ! Un appel à l’indépendance nationale

La Politique agricole commune européenne, soutien de poids aux agriculteurs français ? C’est ce que prétend la doxa depuis sa création en 1962. Pour Charles-Henri Gallois, l’Union européenne est en fait bien davantage une planche pourrie qu’une planche de salut.

UE-SOUVERIANETE-ALIMENTAIRE-CHG


La question agricole est revenue sur le devant de la scène avec les manifestations des agriculteurs en colère. Plus que des manifestations, je les qualifierais de cris du cœur d’une profession qui ne veut pas mourir. Le bourrage de crâne habituel concernant les bénéfices de la Politique agricole commune (PAC) semble s’éroder puisque les agriculteurs ont pris pour cible le Parlement européen de Bruxelles, des drapeaux européens et même le stand de la Commission européenne lors du salon de l’agriculture. D’une manière générale, nos agriculteurs subissent une véritable hécatombe depuis des années et ils commencent à cerner les principaux responsables. Les filières céréalières et viticoles sont encore excédentaires, mais cela masque les difficultés croissantes des filières fruits et légumes ainsi que celles de l’élevage, symbole de l’effacement alimentaire. De 2000 à 2004, la filière avait encore un excédent commercial annuel de près de 500 millions d’euros. Depuis 2005, elle est systématiquement déficitaire et a atteint en moyenne annuelle près de 2 milliards entre 2021 et 2023 (1). Ce déclin se retrouve dans pratiquement toutes les filières. Depuis 2009, la production de canards a baissé de 61 %, celle de dindes de 59 %, celles de lapins et de pintades de 47 %, de veaux de 35 %, de bovins de 31 %, d’agneaux de 23 %, de poulets de 20 %, de porcs de 19 %, etc (2). La filière fruits et légumes enchaîne également les déficits commerciaux, dont 744 millions d’euros en 2022. La plupart des tomates, aubergines et courgettes vendues en France proviennent d’Espagne, du Maroc, d’Allemagne ou des Pays-Bas. Près de 71 % des fruits consommés en France sont d’origine étrangère (3). Ce contexte permet de revenir sur l’élément essentiel du débat : l’UE est-elle un atout ou un obstacle pour reprendre le contrôle de notre agriculture ? En...

Retrouvez tous les articles

553 résultats

Thématiques
Sujets