Politiqueabonnés

Législatives : le pouvoir s’est-il vraiment déplacé de l’Élysée au Palais Bourbon ?

LE ROND-POINT. Beaucoup de bêtises ont été dites depuis que le camp d’Emmanuel Macron n’a plus la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Voici pourquoi la situation est plus complexe que ne le prétendent les « commentateurs autorisés ».

Législatives : le pouvoir s’est-il vraiment déplacé de l’Élysée au Palais Bourbon ?


À la faveur des dernières élections législatives, le gouvernement ne dispose désormais à l’Assemblée nationale que d’une majorité relative. Ce qui a fait naître un nouveau mantra médiatique selon lequel le pouvoir ne se trouverait plus dans le bureau d’Emmanuel Macron, mais dans les travées de la chambre basse.

Si le chef de l’État n’a effectivement plus les coudées franches pour diriger le pays, on aurait toutefois tort de l’imaginer totalement affaibli. Non seulement parce qu’une bonne partie de l’action de l’exécutif ne passe de toute manière pas par la loi, mais aussi parce que la technostructure d'État et l’Union européenne n'ont que faire de l’avis de la représentation nationale quand elles nous imposent leurs règles.

À quoi s’ajoute un fait têtu : si humiliants soient-ils pour Emmanuel Macron, les résultats des législatives n’ont pas modifié la Constitution et donc, pas remis en cause les considérables prérogatives du chef de l'État. Parmi celles-ci, le pouvoir de dissolution de l’Assemblée nationale n’est pas le moindre. Certes, cette faculté présidentielle peut s’avérer à double tranchant (un désaveu électoral encore plus cuisant n’est pas impossible pour Renaissance), mais elle n’en demeure pas moins une épée de Damoclès surplombant les groupes d’opposition. Ainsi, nous avons d’un côté un Emmanuel Macron avec une carte maîtresse en main qui pourrait, s’il s’en servait, retourner éventuellement la situation à son avantage, tandis que de l’autre, ses adversaires politiques n’ont en réalité aucune chance de renverser le gouvernement puisqu’il leur est impossible de se constituer en coalition, la NUPES et le RN se vivant comme des mouvements parfaitement incompatibles.

D’autres pouvoirs non négligeables

L'idée d’un pouvoir qui se serait déplacé au Palais Bourbon se heurte du reste à une autre réalité : le gouvernement dispose de très nombreuses munitions pour imposer son autorité. La Constitution lui permet en...

Contenu réservé aux abonnés

63 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...