cultureGéopolitique

Jacques Bainville, les lois de la politique étrangère

08/05/2021

CRITIQUE. Docteur en histoire contemporaine, fondateur de l’excellente web-radio Storiavoce et spécialiste de Jacques Bainville, Christophe Dickès nous propose de redécouvrir la pensée géostratégique d’un historien hétérodoxe grâce à une étude rigoureuse et plaisante : Jacques Bainville, Les lois de la politique étrangère, chez L’Artilleur.

Jacques Bainville, les lois de la politique étrangère

Méconnu du grand public et sous-estimé par les sachants préposés aux bibliographies lisses et « acceptables », l’historien Jacques Bainville est de ceux que la postérité se voit parfois obligée de couronner. Beaucoup d’appelés et peu d’élus au grand banquet des prophètes comme ailleurs, mais il est peu de dire que Bainville n’a pas usurpé son statut de Cassandre.

Spécialiste de la diplomatie et des relations internationales, Bainville a dénoncé à la toute fin de la Première Guerre mondiale le danger allemand dans Les conséquences politiques de la paix (1919), en s’appuyant sur une analyse géopolitique avant la lettre des permanences territoriales et culturelles européennes.

En dénonçant les faiblesses du traité de Versailles et les conséquences du démembrement de l’Autriche-Hongrie, Bainville est parti des données historiques ainsi que de la géographie européenne pour annoncer avec la plus grande exactitude la politique européenne allemande entre 1920 et 1940, de l’Anschluss à l’attaque de la France, en passant par l’invasion de la Tchécoslovaquie, le pacte germano-soviétique et l’agression de la Pologne.

Bainville n'a pas été écouté. Il est mort en 1936 à l’aube d’une catastrophe dont il ne vit rien, mais qu’il avait pourtant dessinée sous toutes les coutures. Il n’est du reste pas davantage lu aujourd’hui qu’il n’était écouté à l’époque. Bainville était monarchiste, et par ailleurs membre de l’Action française de Charles Maurras. Christophe Dickès nous raconte avec beaucoup de précisions l’influence de cette mouvance et le rapport de Bainville au royalisme.

Du reste, Bainville n’a pas été prophétique uniquement sur le cas de l’Allemagne. Dans Histoire de trois générations (1918), il a annoncé le danger de la dissolution des nations dans une idéologie européenne, voire potentiellement mondiale ; autant d’utopies à désamorcer. Il avait bien saisi le masque de Janus de l’utopie, qui peut parfois conduire au désastre. Partisan...

Contenu disponible gratuitement

58 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+