Cinéma PresseabonnésContenu payant

Le curieux double langage de « Libération » autour du film « Avant que les flammes ne s’éteignent »

ARTICLE. Le journal dénonce l’ « extrême droite » qui essaierait d’enterrer le film « Avant que les flammes ne s’éteignent », inspiré de l’affaire Adama Traoré, à coups de mauvaises notes sur Allociné. Mais attention, double langage : Libération compte parmi les médias qui ont le moins bien noté ce film sur la plateforme.

/2023/11/avant-que-les-flammes-ne-s-eteignent-camelia-jordana-liberation-allocine


Étoiles ou pas étoiles, un constat s'impose : le film « Avant que les flammes ne s’éteignent » n’a pas trouvé son public. Seuls 18 033 spectateurs se sont rués dans les salles sombres pour assister à cette version inspirée de l’affaire Traore, avec pour figure de proue, l’actrice controversée Camelia Jordana. Et parce qu'il faut bien défendre, camp politique oblige, ce qui est « de gauche », Libération s’est mis en tête d’expliquer la raison de cet échec. Le coupable était tout trouvé : seule une nébuleuse pouvait nuire à ce point au succès de ce film : l’ « extrême droite » et sa horde qui séviraient sur le site de référence Allociné. Un diagnostic à la limite du complotisme.

À date de l’écriture de ces lignes, le film de Mehdi Fikri, ancien journaliste à L’Humanité, a récolté la moyenne de 1,5 étoile sur 5. Un très mauvais score qui s’expliquerait, selon Libération, par des « déchaînements ciblés de la fachosphère ». « Personne ne veut être le spectateur d’un monde où ce serait l’extrême droite qui compte les points », écrit la journaliste du quotidien qui pointe le nombre « délirant de personnes [qui] semble avoir découvert avant sa première séance, à 9 heures, et gratifié d’un zéro pointé ».

Les « raids » de notations arbitraires sur Allociné existent bien, nul besoin de contredire la journaliste révoltée sur ce point. Que des anti Adama Traore aient décidé de sanctionner le film sans même l’avoir vu est possible, et même probable étant donné la dimension très militante de l’œuvre. Mais plusieurs chiffres nous amènent à penser que le « facho » a bon dos. Prenons l’exemple de Sound of freedom, autre film controversé chez les médias convenus — France Inter en parle comme d’un « navet qui a fait un carton chez les complotistes américains...

Vous aimerez aussi