cultureEcologieabonnés

Qu’est-ce que la collapsologie ? Décryptage critique de Jean-Paul Oury

29/08/2021

ENTRETIEN. Jean-Paul Oury est docteur en histoire des sciences et technologies. Auteur de plusieurs ouvrages au sujet de querelles scientifiques contemporaines, il est aussi l’auteur de Greta a tué Einstein (VA Editions). Nous l’avons interrogé au sujet de la « collapsologie », cette discipline catastrophiste annonçant l’effondrement de la civilisation industrielle.

Qu’est-ce que la collapsologie ? Décryptage critique de Jean-Paul Oury

Front Populaire : La collapsologie est un courant de pensée très récent. Pourriez-vous expliquer ses origines et ses présupposés ?

Jean-Paul Oury : Le terme a été lancé dans le débat public par Pablo Servigne et de Raphaël Stevens, respectivement docteur en biologie et expert en socio-écologie. Les deux compères ont publié en 2015 un livre au Seuil sur Comment tout peut s’effondrer. Dans cet ouvrage, ils soutiennent que la civilisation industrielle va bientôt s’effondrer ; d’après-eux il s’agit d’un nouveau champ d’étude scientifique, la « collapsologie » ou science de l’effondrement.

Ainsi, Pablo Servigne affirme dans une interview donnée à l’hebdomadaire Vraiment : « La collapsologie – terme issu du latin collapsus, « tombé en un seul bloc » – étudie l’effondrement de la civilisation industrielle et ce qui pourrait lui succéder. Elle se base d’une part sur une analyse documentée par des productions scientifiques transdisciplinaires, et d’autre part sur les sciences cognitives (processus d’acquisition des connaissances, NDLR), qui s’appuient sur l’étude de nos émotions et intuitions. L’ensemble de ces chiffres, faits, hypothèses, avis d’experts, scénarios dresse un panorama complet des crises (énergétique, financière, biologique, climatique, etc.) en expliquant leurs interactions afin de proposer une analyse systémique globale. Tout cela affine une intuition qui nous permet de formuler l’hypothèse suivante : la civilisation industrielle va bientôt s’effondrer. L’objectif de la collapsologie est d’informer le plus grand nombre de cette possibilité, et de proposer des outils pour mettre en place des politiques susceptibles de rendre cet effondrement moins brutal. »

Si on creuse un peu, on peut faire remonter l’origine de cette ambition au début des années 70 avec les travaux du club de Rome (un think tank basé à Zurich). En mars 1972, ce groupe a répondu à une commande des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT)...

Contenu réservé aux abonnés

93 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi