cultureCulture françaiseabonnés

Réécriture de Molière : l’enfer et ses bonnes intentions

15/02/2021

ARTICLE. Molière serait daté, vieillot, trop compliqué à comprendre pour les jeunes d’aujourd’hui. Il s’agit donc de le réécrire pour l’adapter à nous. C’est du moins ce qu'a mis en place un centre international de théâtre, en partenariat avec la Comédie-Française.

Réécriture de Molière : l’enfer et ses bonnes intentions

Il fallait bien que son tour vienne. Molière, le représentant absolu de la langue française et de son plein esprit, subi à son tour les foudres progressistes de l’air du temps. En partenariat avec (avec la complicité de ?) la Comédie-Française, le centre International de Théâtre francophone, Drameducation, situé en Pologne, a lancé une vaste opération de réécriture de Molière. Tout ceci dans le cadre du programme « 10 sur 10 » visant chaque année à composer des pièces de dix pages avec dix personnages à l’attention des professeurs de français à l’international.

L’objectif est de renouveler l’œuvre de Molière pour la rendre plus accessible aux jeunes d’aujourd’hui, notamment ceux qui apprennent le français à travers le monde. C’est ainsi que cinq pièces de Molière – Les Précieuses ridicules, Le Médecin volant, L’impromptu de Versailles, Le Mariage forcé et La Critique de l’École des femmes – ont été passé au tamis du présent et réécrites par des auteurs et « autrices » depuis la France, la Belgique, la Guinée et le Québec.

Et Jan Nowak, l’homme à la tête du projet, de justifier son entreprise de dépoussiérage : « Notre projet est de renouveler Molière afin de le rendre plus accessible. En discutant avec des professeurs de français et de FLE (ndlr : français et langues étrangères)à travers le monde, nous nous sommes rendu compte que les pièces d’origine étaient trop difficiles pour leurs élèves. Tant au niveau de la longueur que de la langue, un peu périmée. »

Pièces « trop longues », langage « périmé »…Humour ringard aussi, non ? Et bien oui, si l’on en croit Marc Escola, professeur de littérature à Lausanne qui a déclaré il y a quelques jours au micro de France culture : « la langue de Molière...

Contenu réservé aux abonnés

70 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+