economieSalaireabonnés

Augmentation des salaires : le MEDEF fait du chantage

09/09/2021

ARTICLE. En contrepartie d’une augmentation des salaires, les patrons du MEDEF réclament une réforme de l’assurance chômage. Malgré les confortables hausses de revenus qu’ils se sont accordées en 2021, les grands patrons n’entendent pas pousser la générosité jusqu’à leurs salariés, malgré la pénurie de main-d’œuvre.

Augmentation des salaires : le MEDEF fait du chantage

D’après Patrick Martin, numéro deux du MEDEF, interviewé mercredi 25 août par RFI, une hausse des salaires en France ne peut que passer par « des réductions de charges sans pour autant creuser les déficits des régimes sociaux ». Il faudra alors, à l’en croire, réformer l’assurance chômage, ce qui « devrait faire revenir vers l’emploi un certain nombre de salariés et à partir de là réduire le déficit de l’assurance chômage ». Une affirmation qui a des airs de chantage : la réforme, retoquée par le Conseil constitutionnel le 22 juin 2021 était bien moins favorable aux chômeurs…

Faites ce que disent les patrons, pas ce qu’ils font

La frilosité de Patrick Martin sur les salaires est partagée par le président du MEDEF, Geoffroy Roux de Bézieux. Le même jour sur Franceinfo, il a assuré qu’il fallait se méfier d’une augmentation des salaires, car selon lui, elle entraînerait une « augmentation des prix » mécanique. Pour le numéro deux du MEDEF, cette augmentation s’expliquerait par « la marge de manœuvre des entreprises concernées (…) extrêmement réduite » et ​​parce que « les consommateurs ne sont pas prêts à payer plus cher ». Un postulat qu’il convient de nuancer : les grands patrons du CAC 40 et du SBF 120 se sont affranchis de ce constat et se sont attribué une généreuse augmentation en 2021, passant d’une rémunération moyenne de 3,8 millions d’euros à 5,3 millions (pour le CAC 40). Pourquoi alors refuser à ses salariés ce même élan de générosité ?

Pourtant, le lundi 22 août sur France 2, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a appelé les entreprises à « se reposer la question de la meilleure rémunération » pour que « la croissance profite à tout le monde sans exception ». Puis il a précisé que...

Contenu réservé aux abonnés

51 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+