economieConsommationabonnés

Avec sa baguette à prix cassé, Leclerc veut tuer la boulangerie locale

13/01/2022

ARTICLE. Alors que le prix des matières premières a explosé en 2021, Leclerc lance un de ses coups de com’ dont il est coutumier : le gel du prix de la baguette de pain vendue dans ses magasins à 29 centimes d’euros pendant quatre mois. Le monde du pain est vent debout contre ce qu’il qualifie — à raison — de concurrence déloyale.

Avec sa baguette à prix cassé, Leclerc veut tuer la boulangerie locale


« Combien de boulangers Leclerc va-t-il tuer avec sa baguette d’appel à 0,29 € ? » s’est indignée Christiane Lambert dans un message posté sur Twitter le mardi 11 janvier. La présidente de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) réagissait à une annonce Michel-Edouard Leclerc sur RMC le même jour. Le président du comité stratégique des centres E.Leclerc y faisait une annonce choc : la vente de sa baguette de pain au prix gelé de 29 centimes d’euros pendant quatre mois. Au nom de la défense du pouvoir d’achat des Français, a-t-il justifié.

Comme le dit l’adage, l’enfer est pavé de bonnes — en apparence tout du moins — intentions. Car la proposition de l’entrepreneur, grand habitué de ce genre de coups marketing a fait bondir l’ensemble du monde de la boulangerie. Dans un communiqué publié le 12 janvier réunissant la FNSEA, l’Association générale des producteurs de blé et autres céréales (AGPB), l’Intercéréales, la Confédération Nationale de la Boulangerie et Boulangerie-Pâtisserie Française (CNBBPF) et l’Association nationale de la meunerie française (ANMF), les professionnels du secteur ont unanimement tiré la sonnette d’alarme. Rappelant que le prix de la baguette « selon l’INSEE est de 0,90 euro », le groupe Leclerc annoncerait « des prix volontairement destructeurs de valeurs ».

Au-delà de cette différence vertigineuse de prix, les syndicats se demandent qui « peut (…) vivre dignement » d’un pain vendu à un tarif défiant toute concurrence. Et fatalement, « sur quels produits vendus aux consommateurs les magasins Leclerc compenseront cette vente ». Sur France Info, le 13 janvier, le président de la Confédération de la boulangerie-pâtisserie française, Dominique Anract, s’est dit en colère. Évoquant une « concurrence déloyale », il a ensuite sorti la calculatrice : « Comment, avec un smic horaire à 10,57 euros, comment, avec du blé...

Contenu réservé aux abonnés

46 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi