economieService public

Le Sénat veut des facteurs “détecteurs” de la précarité numérique et sanitaire

01/04/2021

ARTICLE. Le Sénat s’interroge sur le devenir de la Poste. Dans un rapport déposé le 31 mars, il propose de faire du facteur un “détecteur” de la précarité numérique, voire même de la perte d’autonomie des personnes âgées. Des pistes intéressantes mais qui interrogent tout de même sur le métier et ses mutations.

Le Sénat veut des facteurs “détecteurs” de la précarité numérique et sanitaire

La poste est en mutation perpétuelle. Son cœur de métier traditionnel, la distribution de courrier, ne cesse de décliner depuis quinze ans. Alors, elle réoriente, avec plus ou moins de succès, ses activités. Le Sénat vient de publier un rapport intitulé “L’avenir des services publics de la Poste”, qui préconise l’évolution de la profession de facteur. Il pourrait se diriger vers un rôle de “détecteur” de précarité numérique et sanitaire, ainsi que de relais entre le terrain et les instances publiques. Le “plan stratégique 2030” de l’entreprise, lancé cette année, prévoit notamment une réponse “ aux besoins de la population en matière de transition démographique, de transition écologique et de transition dans les territoires.”

L’entreprise distributrice du courrier avait déjà initié la “Visite du facteur à domicile” en 2016. Moyennant 19,9 euros par mois, elle garantissait une visite du postier à domicile, six fois par semaine. Une proposition commerciale qui avait été moyennement appréciée par son côté fortement marchand, qui tranchait avec la mission de service public de l’entreprise. Tout en omettant d’évoquer l’épineuse question de la tarification supplémentaire de ses mesures, le Sénat propose d’aller encore plus loin. Il souhaiterait confier “une cinquième mission de service public” au groupe La Poste.

Une idée qui est séduisante sur le papier, mais qui interpelle tant son objectif semble ambitieux et moyennement raccord avec l’image que l’on peut avoir du métier de facteur. Constatant que treize millions de Français ne maîtrisent pas les outils numériques, les rapporteurs du texte souhaitent créer des “facteurs détecteurs”. Ces étranges nouveaux agents publics détecteraient, à l’aide de questionnaires, les personnes âgées en situation de grande précarité numérique. Après avoir identifié les profils qui nécessitent une aide, ils transmettront les coordonnées aux divers médiateurs...

Contenu disponible gratuitement

55 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+