InternationalDiplomatie

Affaire Josep Borrell : la diplomatie européenne se ridiculise à Moscou

09/02/2021

ARTICLE. Quatre-vingt-un députés européens exigent la démission de Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères. Lors de sa visite à Moscou, trois diplomates, accusés d’avoir participé à des manifestations pro-Navalny, ont été expulsés. Une véritable « humiliation » pour l’Union Européenne.

Affaire Josep Borrell : la diplomatie européenne se ridiculise à Moscou

« Humiliation », « très compliquée »… c’est ainsi qu’a été qualifiée la visite du vice-président de la Commission européenne et Haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères Josep Borrell en Russie. Au beau milieu de sa visite, trois ambassadeurs européens (allemand, polonais et suédois) ont été expulsés pour avoir participé à une manifestation illégale de soutien à Alexeï Navalny. Le message était clair, l’UE n’a pas à s’occuper des affaires internes russes.

Le député européen et général d’armée estonien Riho Terras a envoyé une pétition à la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen, signée par quatre-vingt-un députés, pour demander le congédiement de Josep Borrell en cas de non-démission de sa part. Il a notamment critiqué l’attitude bienveillante de l’Espagnol à l’égard de Moscou, à rebours de la posture agressive de certains Européens sur le dossier Navalny, alors même que l’accueil russe s’est avéré glacial. « Si l’un joue au hockey sur glace, l’autre ne peut pas faire du patinage artistique » a ainsi déclaré Riho Terras à Euronews et a ajouté « Le ministre russe des affaires étrangères a manipulé M. Borrell, l’a humilié, il a attaqué nos alliés, les USA, l’UE…  J’aurais espéré et attendu de Josep Borrell qu’il comprenne à quel point c’était humiliant et qu’il démissionne de lui-même ».

L’Union paraît désorganisée, affaiblie et incroyablement désunie. Le voyage de Borrell était le premier d’un officiel de l’UE en Russie depuis 2017. Pour ne pas perdre la face, l’Europe prépare donc la contre-attaque. Hier, Varsovie, Berlin et Stockholm ont annoncé qu’ils vont expulser chacun un diplomate russe. L’Ambassadeur de Pologne auprès de l’UE, quant à lui, demande à l’UE d’arrêter les investissements à Nord Stream 2, ce projet de gazoduc contesté, quand d’autres veulent des sanctions économiques à l’encontre des proches de Poutine....

Contenu disponible gratuitement

45 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+