InternationalBrexit

Brexit : la vie sans Erasmus

31/12/2020

ARTICLE. Boris Johnson l’a décidé : il ne payera plus pour le programme d’échange européen Erasmus. A défaut d’en trouver d’autres dans le récent accord qui scelle le divorce du Royaume-Uni avec l’Union, les anti-Brexit voient en cette décison le signe du naufrage qu’ils avaient prédit. Savent-ils que les étudiants voyagent, même sans Erasmus ?

Brexit : la vie sans Erasmus

Le jour du referendum en faveur du Brexit, le 23 juin 2016, sous le choc, puis la colère devant l’expression d’une opinion qui n’était pas la leur, les européistes l’avaient prédit : le Royaume Uni allait payer ! Le sang de la perfide Albion allait se déverser à travers l’encre de la plume qui signerait la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne ! Mais l’accord conclu le 24 décembre entre le Royaume-Uni et l’Union européenne leur a fait l’effet d’une douche froide. Quoi ? Le pays de Boris Johnson allait conserver le libre-échange économique ? Pas de quotas ? Ni de douanes ? Mais alors, qu’avaient-ils perdu dans l’équation ? Vite, les petites mains s’agitèrent pour dénicher dans les pages de l’accord de quoi railler le Royaume-Uni. Alors, car il n’y avait guère mieux à se mettre sous la dent, les européistes pointèrent du doigt le programme Erasmus dont Albion allait irrémédiablement perdre tous les bénéfices.

Boris Johnson avait pourtant dans un premier temps affirmé, en janvier, à la chambre des Lords, qu’il n’y aurait pas de menace planant sur l'adhésion du pays au programme Erasmus. Ce qui ne l’a pas empêché, onze mois plus tard, de mettre un terme aux négociations avec l’UE. Une décision unilatérale, explique Michel Barnier, négociateur en chef de l'UE tandis que le Premier ministre britannique évoque une “décision difficile”. En cause, les coûts du programme, jugés trop élevés par le Royaume-Uni.

Fondé le 15 juin 1987, baptisé en mémoire d’Erasme, chanoine philosophe et théologien néerlandais du XVIème siècle, Erasmus (aujourd’hui Erasmus +) est un programme qui permet aux étudiants, apprentis, enseignants ou formateurs, de 33 pays (les 28 Etats membres de l'Union européenne ainsi que l'Islande, le Liechtenstein, la République de Macédoine, la Norvège et la Turquie), de suivre une année de cursus à...

Contenu disponible gratuitement

58 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi