InternationalCivilisations

L’Arménie s’invite au cœur des débats

11/12/2021

EDITO. Ça bouge en France pour l’Arménie. Sans verser dans un optimisme béat, nous observons avec satisfaction que les initiatives s’additionnent pour alerter l’opinion sur les agressions subies par « le grand petit peuple », comme l’a appelé Michel Onfray. La semaine a débuté avec une belle initiative de François-Xavier Bellamy à Paris et se finit ce jour par un voyage sur place d’Eric Zemmour et Philippe de Villiers.

L’Arménie s’invite au cœur des débats


Enfin, l’Arménie est un sujet de conversation dans notre pays ! Après la visite officielle d'Alen Simonian (président de l’Assemblée nationale arménienne) et d'Hasmik Tolmadjan (ambassadrice d’Arménie en France) il y a quinze jours au Sénat, durant laquelle Sylvain Tesson, Michel Onfray et le directeur adjoint du Figaro Magazine Jean Christophe Buisson ont pu exprimer leur solidarité, cette semaine a été marquée par de nouvelles offensives médiatiques destinées à sensibiliser les Français. 

Le coup d’envoi a été donné lundi 6 décembre avec la tenue d’une soirée « Pour le peuple arménien » au théâtre du Palais-Royal (Paris), organisée par le député européen LR François-Xavier Bellamy. Originalité et tour de force, quatre grandes familles politiques du Parlement européen étaient représentées, Bellamy (du groupe PPE) réunissant autour de lui son ancienne rivale aux élections européennes, la macronienenne Nathalie Loiseau (groupe Renew), mais également Sylvie Guillaume (groupe socialiste et démocrates) et François Alfonsi (groupe Verts/ ALE). À l’issue d’une soirée animée par la journaliste Valerie Toranian, les quatre courants se sont mis d’accord sur un texte commun, qui a tenu « dans un esprit transpartisan à réaffirmer la solidarité du peuple français avec le peuple arménien ».

« Nous n’oublions pas le genocide dont le peuple arménien a été victime, dit plus loin ce texte, le premier du XXe siècle, celui dont Serge Klarsfeld a dit « sans le genocide arménien, la Shoah n’aurait pas eu lieu ».» Appelant encore « La Turquie à reconnaître ce genocide ». Et plus loin, « nous enjoignons l’Azerbaïdjan à libérer les prisonniers de guerre sans délai et sans marchandage » et de réclamer le « départ de tous les mercenaires » et « des poursuites de tous les auteurs de crimes de guerre, les individus comme les États. » Un texte qui ne trouve encore aucune réalité concrète mais qui...

Contenu disponible gratuitement

54 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi