InternationalDiplomatie

L’ « aveuglement » de Macron sur l’Algérie ? « Une erreur historique » selon l’ex-ambassadeur à Alger

13/01/2023

ARTICLE. Dans Le Figaro, Xavier Driencourt, ancien ambassadeur de France à Alger, confie que les élites françaises n’ont pas pris la mesure de la situation catastrophique en Algérie. De son côté, Emmanuel Macron poursuit son travail de refonte de la relation franco-algérienne, sur fond de politisation des mémoires.

L’ « aveuglement » de Macron sur l’Algérie ? « Une erreur historique » selon l’ex-ambassadeur à Alger


Le hasard fait bien les choses. Le 8 janvier, Xavier Driencourt, ex-ambassadeur de France en Algérie à deux reprises, entre 2008 et 2012, puis entre 2017 et 2020, publie une tribune dans Le Figaro. Trois jours plus tard, Le Point rend public l’entretien accordé par Emmanuel Macron à Kamel Daoud, écrivain et chroniqueur pour l’hebdomadaire, à Oran l’été dernier. Tandis que Xavier Driencourt a le regard de celui qui maîtrise le sujet algérien sur le bout des doigts et n'hésite pas, tant il juge que l'heure est grave, à enfiler son habit de lanceur d'alerte, le chef de l’État continue quant à lui d'entretenir ses illusions sur une pacification durable des relations entre les deux pays. Tout en contraste.

Emmanuel Macron s’était déplacé en août 2022 en Algérie avec la même idée qui le guide depuis 2017, celle de « revisiter autrement ce passé en commun » : « La capacité à traiter cette histoire dans le cadre d'une relation franco-algérienne assainie, c'est la possibilité de fonder une relation bilatérale normale et féconde avec le continent africain », plaide-t-il dans Le Point.

Mais pour l’ex-ambassadeur, qui offre un son de cloche bien différent, les gestes d’ouverture à l’égard de l’Algérie confinent à l’ « aveuglement » : « Croire à Paris qu’en allant à Alger, en cédant aux Algériens sur les dossiers qui leur sont chers, mémoire et visas, nous les gagnerons à notre cause et les amènerons vers plus de coopération est un leurre », prévient Xavier Driencourt. Et de confier que le discours antifrançais imbibe le régime algérien, malgré la chute d’Abdelaziz Bouteflika il y a plus de trois ans : « Les militaires qui dirigent le pays n’ont pour leur part ni état d’âme ni scrupules quand il s’agit de la France : là...

Contenu disponible gratuitement

68 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi