InternationalViolencesabonnés

Pourquoi la violence n’est pas (qu’)une construction sociale

28/03/2021

ARTICLE. En Croatie, la découverte récente d’une fosse commune du Néolithique abritant les vestiges d’un véritable carnage est une nouvelle preuve que les humains pourraient être prédisposés naturellement à la violence, contrairement à ce que prétendent les théoriciens d’une préhistoire pacifique.

Pourquoi la violence n’est pas (qu’)une construction sociale

C’est un fossé de deux mètres de large et d’un mètre de profondeur qui révèle un véritable charnier à Potočani, en Croatie. Il y a 6.200 ans, 41 hommes, femmes et enfants âgés de 2 à 50 ans ont été brutalement tués. C’est en tous cas ce que révèle l’analyse génétique et archéologique d’une équipe de scientifiques qui ont présenté leur découverte dans le magazine National Geographic.

L’auteur de l’étude, Mario Novak, explique que « pour la plupart, un seul coup a suffi. Deux ou trois individus présentent jusqu'à quatre blessures sur leur crâne. C'est vraiment beaucoup, comme une frénésie meurtrière. » Les archéologues pensaient initialement que les restes humains étaient issus de la guerre des Balkans des années 1990 ou de la Seconde Guerre mondiale, mais la datation au carbone 14 est formelle : le massacre date bien de la période préhistorique, et en particulier de l’âge du cuivre.

La question de l’origine de la violence est très importante en ce que, d’elle, découle la question du Bien et du Mal et peut ou non légitimer l’usage de la violence et la perception de celle-ci en société. Hobbes défend une vision innée de la violence dans son De cive : « l’homme est un loup pour l’homme » par nature selon lui. Pour Rousseau au contraire, la violence est acquise, l’homme naît bon, c’est la société qui le corrompt.

Cette vision « constructiviste » de la violence a largement gagné en popularité dans le monde universitaire à partir des années 1970. Les recherches postcoloniales avançaient notamment l’idée selon laquelle la préhistoire était pacifique et les sociétés tribales étaient globalement non violentes. C’est seulement au contact de la société moderne que la violence se serait développée. Douglas P. Fry est un de ceux-là et estime que même les très...

Contenu réservé aux abonnés

62 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+