InternationalGéopolitique abonnés

Qu’est-ce que l’Organisation de coopération de Shanghaï ?

23/09/2022

ARTICLE. Du 14 au 16 septembre dernier s’est tenue, à Samarcande en Ouzbékistan, la 22ème réunion du conseil des chefs d’États membres de l’Organisation de Coopération de Shanghaï (OCS). Peu relayé par les médias occidentaux, l’évènement a pourtant son importance.

Qu’est-ce que l’Organisation de coopération de Shanghaï ?


D'un organe de coopération intergouvernemental, l'Organisation de coopération de Shanghaï (OCS), qui s'est réunie les 15 et 16 septembre derniers à Samarcande (Ouzbékistan), semble s'ériger en contre-modèle asiatique à l'atlantisme. Pour autant, elle reste mal connue à l'Ouest.

Qu'est-ce que c'est ?

Fondée en juin 2001 à Shanghaï, l’OCS est composée de 9 membres pleins dont la Chine, la Russie, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Kirghizistan qui en sont les membres fondateurs, l’Inde et le Pakistan qui l’ont intégrée en 2017 et enfin l’Iran qui a fait son entrée dans l’organisation à l’occasion de ce 22ème sommet. L’OCS compte également 3 pays observateurs : la Mongolie, la Biélorussie et l’Afghanistan. Enfin, 6 États partenaires de discussions : le Sri Lanka, le Cambodge, le Népal, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Turquie, dont les présidents, respectivement Ilham Aliyev et Recep Tayyip Erdogan, étaient présents cette année à Samarcande.

Le président turc en a d’ailleurs profité pour manifester son souhait d’intégrer l’alliance, une première pour un pays également membre de l’OTAN. D’autres pays comme l’Égypte, l’Arabie Saoudite, le Qatar ou les Émirats Arabes Unis frappent également à la porte de l’OCS. Sur le papier, l’organisation est un véritable mastodonte qui recouvre près d’un quart des terres émmergées, regroupe plus de 40 % de la population mondiale et représentait 21,6 % du PIB mondial en 2018 (avant l’intégration de l’Iran) selon l’ONU. Par ailleurs, le vaste territoire de l’OCS recouvre plus d’un quart des réserves mondiales de pétrole, la moitié de celles de gaz et d’uranium, et 35 % des réserves de charbon.

Au départ, l’organisation était surtout pensée pour assurer la stabilité des États d’Asie centrale, anciennement membres de l’URSS et durement secoués par la chute du bloc soviétique. Son rôle s’étend aujourd’hui à la coopération entre les États membres en matière...

Contenu réservé aux abonnés

64 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+