opinionsArmée

Algérie, Rwanda : pourquoi tant d’acharnement à humilier la France et son armée ?

16/05/2021

OPINION. Emmanuel Macron a mis en place des commissions afin d’éclaircir les responsabilités françaises dans l’histoire récente de l’Algérie et du Rwanda. Derrière cette repentance, une reconstruction humiliante pour la France et son armée, qui traduit l’aveuglement idéologique du président.

Algérie, Rwanda : pourquoi tant d’acharnement à humilier la France et son armée ?

La technique est toujours la même. Au motif qui y aurait un contentieux à apurer dans le rapport de la France à son passé, en réalité inventé par nos ennemis, Emmanuel Macron nomme une commission d’experts chargée de rédiger un rapport sur la question. Cette commission est présidée et largement composée de gens hostiles aux thèses profrançaises et favorables aux thèses antifrançaises de la partie adverse. Elle rend son rapport qui est, on pouvait s’en douter, non une tentative d’apaisement, mais de nouvelle salissure sur la mémoire de la France, et doit être l’occasion de nouveaux actes de repentance, s’ajoutant à d’autres, humiliants pour notre pays.

Algérie

Avec l’Algérie, on pouvait tout à fait laisser les plaies se cicatriser avec le temps. Plaies ouvertes, non par le souvenir d’une guerre vieille de soixante ans, que très peu d’Algériens ont gardé, mais par la propagande antifrançaise insensée du Front de libération nationale (FLN) au pouvoir depuis 1962, un parti qui ne représente plus du tout les combattants de l’indépendance, presque tous morts, qui a échoué sur tout et est rejeté par le peuple algérien. Mais Emmanuel Macron a cru bon de confier à Benjamin Stora la présidence d’une commission soi-disant paritaire, mais dont le président, universitaire d’extrême gauche, épouse entièrement les thèses du FLN, en occultant notamment le souvenir des harkis dont le massacre, en violation des accords d’Évian qui prévoyaient l’amnistie des deux côtés, est de la responsabilité de l’État algérien ou d’autres massacres. En face, un rappel insistant des bavures incessamment reprochées à l’armée francise depuis deux générations. Le résultat, par l’exaspération que ce rapport suscite non point l’apaisement, mais un renouveau d’hostilité à l’égard des Algériens dans une partie de l’opinion. Quant au gouvernement algérien, loin d’être apaisé, il redouble de ressentiment à l’égard de la France. Emmanuel...

Contenu disponible gratuitement

77 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+