opinionsConfinement

Confinement et droits de l’homme : quel équilibre ?

08/02/2021

OPINION. Beaucoup de souverainistes critiquent la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Pourtant, une fois n’est pas coutume, elle nous offre une grille d’analyse très utile pour juger du confinement.

Confinement et droits de l’homme : quel équilibre ?

Beaucoup de souverainistes critiquent la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Pourtant, elle nous offre une grille d’analyse très utile pour juger du confinement.  D’après elle, les mesures qui suspendent temporairement nos grandes libertés constitutionnelles doivent respecter 4 conditions cumulatives.

Les mesures liberticides doivent poursuivre un but légitime. Quand l’usine chimique de Rouen a pris feu, on a interdit aux habitants de sortir de chez eux. Personne n’allait crier à la violation de nos droits fondamentaux. Si quand nous sortons de chez nous, le choléra, la peste ou Ebola nous tue de façon certaine, nous allons accepter de rester confinés (notons déjà que nous le ferons spontanément, sans avoir à risquer une verbalisation policière). Après tout, la première condition pour être libre, c’est d’être vivant. Le confinement, les attestations, les fermetures des théâtres et des restaurants, le port du masque etc. poursuivent incontestablement un but légitime : limiter la propagation du virus et donc sauver des vies. Prétendre le contraire, c’est perdre son énergie dans des théories du complot anxiogènes et tétanisantes (si le complot du « grand reset » existe à une telle échelle, toute réaction est vaine).

Mais l’enfer est pavé de buts légitimes. Les mesures doivent donc également être adéquates, comprenez qu’elles doivent non seulement être nécessaires, mais surtout qu’aucune autre mesure moins attentatoire à nos libertés n’était possible. Tous les pays n’ont pas imposé le confinement pour poursuivre le but légitime de sauver des vies. Les Pays-Bas (pays le plus dense au monde) ont durant toute l’année 2020 opté pour la responsabilisation dans la liberté. Jusque fin octobre 2020, l’Allemagne a été dans la même optique d’isolement des seuls malades et de responsabilisation des groupes à risques. Avec ses 11 millions d’habitants, la Belgique confinée a dépassé les 20 000 morts tandis que les...

Contenu disponible gratuitement

66 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+