Emmanuel Macron

Fracture entre politique et citoyen : Emmanuel Macron est-il l’unique coupable ?

CONTRIBUTION / OPINION. Un fossé toujours plus profond se creuse entre l’élite politique et la nation. Le lien se distend inlassablement année après année, affectant la souveraineté nationale et populaire. La dynamique est-elle inéluctable ?

/2023/09/Macron-fracture-france


D’où vient le fait que la France soit si résignée et absentéiste aux élections ? L’origine du péché est-elle le tournant de la rigueur de 1983 sous le mandat de François Mitterrand, dénaturant ses promesses de campagne de 1981 ? D’aucuns appuieront que cela date de Valéry Giscard d'Estaing, ou d’un autre président comme Jacques Chirac. Dans les trente dernières années, un consensus se dessine néanmoins sur l’un des moments les plus forts aggravant le déclin démocratique : le non-respect du référendum de 2005 sur le traité établissant une Constitution pour l’Europe. Si les Français ont massivement voté contre (54,67 %), la « pâle copie » du projet — dixit Valéry Giscard D’Estaing — reviendra en force avec le traité de Lisbonne. Il est adopté par le Congrès et par voie parlementaire en 2008 sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy avec l’appui des socialistes. Il fallait en effet saper le camouflet politique de 2005. Depuis 18 ans, aucun référendum national n’a été organisé sur un projet cardinal.


Quinquennat Hollande : une trahison au sein de la gauche ?


La suite de l’histoire n’est que celle du déclassement et du déclin démocratique. François Hollande est élu en 2012 avec un discours du Bourget très gauchisant dont l’objectif était de chiper des voix à la menace Jean-Luc Mélenchon. « Mon ennemi c’est la finance », ose-t-il proclamer devant la foule en ce mois de janvier 2012. Dès les premières semaines de son quinquennat, la promesse du retour de la gauche au pouvoir est pourtant torpillée avec la signature du traité « Merkozy » fixant la règle d’or budgétaire, ou la confirmation d’un cap austère pour la France. Le reste du mandat est pénible pour les électeurs de la gauche avec certaines autres infidélités illustrées par la loi Marisol Touraine reportant les départs à la retraite, la loi travail El-Khomri visant à casser...

Vous aimerez aussi