opinionsEmmanuel Macronabonnés

La France macronienne, une dictature douce ?

07/04/2022

OPINION. La campagne présidentielle qui touche à sa fin fut une magistrale démonstration de négation du débat et de piétinement de la démocratie.

La France macronienne, une dictature douce ?


Je songe d’abord à l’émission spéciale de TF1 du 14 mars consacrée à la campagne présidentielle, sous l’égide de La France face à la guerre, où seuls huit des douze candidats furent conviés, la première chaîne prétextant un strict respect des brumeuses, si ce n’est fumeuses, règles d’équité du temps de parole des candidats pour exclure tout bonnement quatre candidats. Des petits candidats, des peccadilles, vous dis-je. Il semble apparemment normal qu’en démocratie, après avoir surmonté le titanesque mur des cinq cents signatures, certains candidats survivants se fassent exclure du débat public. Le tri commence donc par les parrainages, il continue par l’éviction de certains puis se poursuit par la réduction du débat public à l’unique confrontation aux journalistes, quasiment jamais entre les candidats eux-mêmes.

L’émission de TF1 proposa la pathétique image de candidats qui se croisent sans jamais échanger directement entre eux. Ce privilège est réservé aux deux journalistes, Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau, seuls habilités à discuter avec les candidats. Les journalistes posent les questions, eux ont pour mission d’incarner le questionnement des Français, ils sont la substitution des citoyens. La mécanique valide la confiscation de la parole citoyenne au profit d’une caste médiatique sans que cela n’émeuve quiconque. D’autres chaînes, C8 par exemple, ont fait un choix différent qui les honore : dans l’émission de Cyril Hanouna, sobrement nommée Face à Baba, les candidats répondent à des personnalités issues de diverses obédiences politiques. Le procédé a le mérite de la transparence : en fonction de la couleur politique du contradicteur, nous savons à quoi nous en tenir. Mieux, les candidats se rencontrent : ainsi d’Éric Zemmour et de Jean-Luc Mélenchon, comme quelques semaines auparavant sur BFMTV dans le seul grand débat de la campagne, mais aussi Marine Le Pen et Yannick Jadot. On croit rêver quand...

Contenu réservé aux abonnés

79 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi