opinionsLittérature

La tartufferie de la littérature « accessible »

13/11/2022

OPINION. Derrière un aspect faussement branché, la littérature dite accessible affiche une flagrante condescendance. Une manière, pour certains auteurs, de dissimuler leur médiocrité vis-à-vis des grands noms de la littérature française ?

La tartufferie de la littérature « accessible »

La farandole de louanges que la presse française subventionnée, consciente des exigences de sa mission d’État, s’est empressée d’exécuter pour saluer la remise du prix Nobel de littérature à Annie Ernaux, n’est pas seulement une merveille de probité et d’excellence critiques : elle est aussi — et peut-être avant tout — un formidable catalogue des idées reçues de notre temps. À ce titre, et au nom de la science, l’on ne peut que se féliciter de l’usage de nos impôts pour entretenir une si belle escadrille de girouettes.

Parmi les vents dominants que révèle le ballet de ces pantins suspendus aux subsides, retenons-en un, qui me paraît tout à fait révélateur des ravages que peut causer la petite-bourgeoisie intellectuelle dès lors qu’on la laisse se complaire béatement dans la forme spécifique que prend chez elle l’universel penchant à la médiocrité, celle du conformisme fade. Il s’agit de cette idée selon laquelle l’« accessibilité » serait une valeur positive, voire même un objectif, de la littérature.

Ainsi, rompant avec la complexité syntaxique et lexicale des œuvres du passé, l’écrivain moderne se devrait d’écrire simple, soi-disant « comme parlent les gens ». Il ne s’agit pas ici de pointer telle ou tel plutôt qu’un ou une autre — d’autant que le lecteur assidu de prose contemporaine verra exactement de qui je parle : de ces auteurs qui, réfractaires à tout « élitisme », et se targuant d’une simplicité qui les rendraient « accessibles », s’illustrent concrètement par des phrases courtes, un vocabulaire restreint, des temps limités et un ton peu enlevé — si ce n’est plat.

Cette attitude mielleuse et la façon dont ses tenants l’exposent sont avant tout la marque d’une profonde condescendance. Le message est en effet le suivant : « Je pourrais écrire à la complexe mode classique, mais,...

Contenu disponible gratuitement

76 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi