opinionsMacron

Le deuxième corps du roi

08/06/2021

EDITO. En visite dans « les territoires », précisément près d’un lycée hôtelier de la Drôme, Emmanuel Macron a été giflé par un inconnu alors qu’il se prêtait à un bain de foule. À trop dégrader sa fonction pour être comme tout le monde, on finit par être traité, hélas, comme tout le monde.

Le deuxième corps du roi

« Montjoie, Saint-Denis ! » Le cri de ralliement au royaume de France vient de prendre une seconde jeunesse. « A bas la macronie ! » a ajouté l’assaillant de la Drôme - pour l’actualiser sans doute -, en administrant une gifle au président de la République en villégiature pour son controversé « tour de France des territoires ».

On ne dira par ailleurs jamais assez le dégoût que peut inspirer ce tour de France « des territoires » qui a tous les atours du périple ethnographique. Macron quitte Paris pour « les territoires », comme l’ethnologue Pierre Clastres s’aventurait à la rencontre des indigènes Guayaki du Paraguay. Macron a rendez-vous en terre inconnue, dans « les territoires ». Vous savez, ces zones géographiques découpées en circonscriptions et classées dans des tableurs Excel à Bercy.

Le chef de l’État a donc été giflé par un jeune « royaliste » en polo kaki alors qu’il allait saluer la foule devant un lycée hôtelier de Tain-L'Hermitage. Qu’un excité organise ce genre de happening sauvage n’est pas tellement une nouveauté à l’ère des images et des réseaux. Le geste en lui-même n’est du reste pas nouveau. Régis Debray a raconté plusieurs fois qu’à l’époque où il était conseiller de François Mitterrand, il a vu ce dernier essuyer des crachats lors de certains déplacements.

L’unanime condamnation de la classe politique était à prévoir, et il n’y a rien à en dire en tant que tel ; elle était obligatoire. Certes, l’élection d’Emmanuel Macron a relevé de ce que d’aucuns appellent un « coup d’État judiciaire ». Certes, sa légitimité démocratique n’a jamais reposé que sur les sables mouvants d’une idéologie du Progrès coupée à l’autoritarisme. Mais quiconque prétendrait légitimer l’attaque physique du représentant de la Nation s’exclurait instantanément du jeu politique, de la lettre...

Contenu disponible gratuitement

50 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi