opinionsRussie

Lettre à André Chassaigne à propos de la résolution de soutien à l'Ukraine du 1er décembre

André Gerin

08/12/2022

LETTRE OUVERTE. Le 1er décembre, les députés votaient une résolution affirmant « le soutien de l'Assemblée nationale à l'Ukraine et condamnant la guerre menée par la Fédération de Russie ». Si le texte n'a pas valeur de loi, sa portée symbolique est importante. Notre contributeur André Gerin, anciennement maire (PCF) de Vénissieux et député du Rhône, adresse la présente lettre au député communiste André Chassaigne afin de l'assurer de son soutien sur le dossier ukrainien.

Lettre à André Chassaigne à propos de la résolution de soutien à l'Ukraine du 1er décembre


Cher André,

J'aurais voté la résolution du 1 décembre pour « le soutien de l'Assemblée nationale à l'Ukraine et condamnant la guerre menée par la Fédération de Russie ». Le vote positif du groupe communiste est une position courageuse et responsable devant l'urgence pour le peuple ukrainien martyr. J'ai d'ailleurs noté l'abstention de la France insoumise et du Rassemblement national qui confirme la posture favorable de Le Pen et de Mélenchon vis-à-vis de Poutine.

En annexant la Crimée en 2014, Poutine a commis un crime majeur. Aujourd'hui il veut faire payer cher la volonté farouche d'indépendance et de démocratie des Ukrainiens. Pour cela, Poutine dénonce un pseudo-génocide en cours au Donbass contre les séparatistes qui lui sont favorables alors qu'il est en train de tenter d'effacer l'Ukraine souveraine de la terre. Nous assistons depuis le 24 février 2022 à une véritable politique de la terre brulée. Poutine a le culot de dénoncer les nazis de Kiev alors que son régime s'entoure de plus en plus d'oripeaux du IIIe Reich, tout en réhabilitant les génocides staliniens et en occultant le pacte germano-soviétique, l'accord secret entre Hitler et Staline qui a eu cours dès août 1939 jusqu'à juin 1941. 

Poutine, se disant victime de l'OTAN, utilise ce mensonge dans sa logique de gouvernance, celle d'un État criminel et arbitraire. On ne peut pas être dupes. Il s'agit d'un défi de civilisation devant un guerre de haute intensité en Europe où le droit international est piétiné par le Kremlin. Comment et qui peut justifier l'appétit boulimique et belliqueux du Kremlin? Quelles que soient par ailleurs les analyses, les critiques, les oppositions les points de vues sur le rôle de l'Europe et des USA hier et maintenant. Que cela nous plaise ou non, en portant massivement le feu chez son voisin, le maître du Kremlin piétine le droit international et blesse mortellement l'ONU (dont la Russie est membre permanent du conseil de sécurité).

Comme tu le notes dans ton intervention, cette résolution est loin du compte. Se pose de manière urgente le besoin d'une vision renouvelée de la politique de défense et de sécurité de la France, de l'Europe, qui sorte des pensées héritées du XXsiècle. S'émanciper de l'OTAN présidé par les USA  que la France et l'Europe ne soient plus, comme avec les présidents Sarkozy, Hollande et Macron, ses auxiliaires est une évidence. Nous devons revenir à la position du Général De Gaulle en 1966, de Jacques Chirac contre la guerre en Irak commencée en mars 2003. La priorité politique du moment est d'aider coûte que coûte la résistance du peuple ukrainien. La France s'honore de défendre la liberté, la démocratie pour une Ukraine libre avec pour impératif : l'arrêt de la guerre avec le retrait inconditionnel de la Fédération de Russie du territoire ukrainien.

Cher André, mes amitiés fidèles.

André Guerin


Crédits illustration : © JEANNE ACCORSINI/SIPA

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi