opinionsPatriotisme

Lettre ouverte à Stéphane Le Foll : la gauche est moribonde, il faut tout changer !

22/12/2021

OPINION. Paul Melun est un jeune essayiste souverainiste, président du mouvement politique « Souverains demain ! ». Militant pour une ligne patriote au sein du Parti socialiste, il écrit aujourd’hui une lettre ouverte à Stéphane Le Foll pour l’inviter à refonder la gauche française.

Lettre ouverte à Stéphane Le Foll : la gauche est moribonde, il faut tout changer !


Cher Stéphane,

J’ai eu la chance de partager certains de vos combats au début de mon engagement politique. Je l’ai compris à votre contact et à celui de vos amis, vous êtes un homme de convictions, de loyauté et de de respect des autres. Ces valeurs font de vous un homme précieux pour le débat politique et pour la France.

J’ai lu votre entretien dans l’hebdomadaire Le Point il y a quelques jours. Vous appelez de vos vœux à une « moisson d’idées », vous dénoncez « l’impasse du wokisme » à gauche et vous assumez vouloir « maitriser l’immigration ». Si de nombreux dirigeants de gauche ont abandonné les classes populaires et les territoires, vous avez su rester fidèle à votre Sarthe natale. En vous élisant Maire, les Manceaux ont témoigné leur attachement à votre positionnement d’homme ancré dans le réel. Tout cela fait votre singularité dans cette gauche moribonde, qui ère entre stratégies tactiques et renoncements idéologiques.

Aujourd’hui la maison brûle. Le grand parti de Jaurès et de Blum plafonne à 4% dans les sondages et 1% des ouvriers se déclarent prêts à voter socialiste. Cet échec est celui d’une gauche sans projet, sans idéaux et sans réponses aux défis de ce siècle.

Vous appelez, cher Stéphane, à « refonder le socialisme ». Comme d’autres amis souverainistes, j’y suis prêt. Nous avons le projet intellectuel et l’ancrage historique qui permettra de susciter l’adhésion populaire sur des bases saines pour notre pays.

Je crois que quatre piliers seront indispensables à la refonte de la gauche :

Le premier est le refus du logiciel jacobin. Comme le rappelle avec justesse Michel Onfray, Paris a aliéné les provinces au fil du temps. Une crise comme celle des Gilets jaunes en est l’expression manifeste. Il faut redonner du pouvoir aux communes par...

Contenu disponible gratuitement

59 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+