opinionsPrésidentielle

« Macron assassin » : de la liberté d’expression en vaines polémiques

28/03/2022

OPINION. Les propos scandés par une partie des partisans d’Éric Zemmour au Trocadéro ce dimanche ont provoqué une vague d’indignation politico-médiatique bien démesurée, estime notre lecteur.

« Macron assassin » : de la liberté d’expression en vaines polémiques


Pauvres journalistes… Ils n'ont rien d’autre à se mettre sous la dent et sont obligés encore de créer une énième vaine polémique ! Deux heures de meeting en prenant en compte tous les intervenants, et ne retenir que 11 petites secondes ! Il fallait oser, et tous l’ont fait. C’est dire si la bonne parole médiatique est orchestrée au plus haut point, et si elle est formatée dès l’origine même de la pensée de la pseudo-information que les journalistes s’autorisent à nous transmettre. Heureusement que nous ne les attendons plus pour nous sentir concernés par notre pays et les faits qui s’y déroulent. Grâce aux multiples vecteurs de l’information, nous pouvons allègrement nous passer d’eux et ils l’ont bien compris. Cela les embête considérablement, car ils sont obligés de chercher la petite phrase ou la mauvaise phase pour tenir un peu la dragée haute aux réseaux sociaux ou aux chaînes d’infos sur le net.

Et là, 11 secondes bien savoureuses pour ces journalistes de pacotille : 11 longues secondes où la foule scande « Macron assassin ! ». Rendez-vous compte ! Je ne les avais même pas entendues alors que j’étais assidu devant ma télé sur YouTube, justement car je regarde très peu les chaînes de la bien-pensance télévisée et que je déteste monter le son. Clairement, ce n’est pas très malin dans un meeting de hurler ce genre de choses. C’est même complètement idiot et cela entache le discours d’Éric Zemmour qui n’a pas du tout compris ce qu’une partie de son auditoire était en train de brailler. La liberté d’expression permet l’idiotie. Parfois même, elle la sous-tend. Car si nous ne pouvions dire que des paroles pensées et sensées, il est certain que nous parlerions nettement moins, moi le premier !

Que ce soit des journalistes qui...

Contenu disponible gratuitement

63 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi