opinionsEditoabonnés

Novak Djokovic n'est pas un héros. Julian Assange, si.

OPINION. Canberra a tranché : le n°1 mondial de tennis Novak Djokovic ne participera pas à l'Open d'Australie. Héros de la lutte contre le sanitarisme pour les uns, dangereux antivax pour d'autres ; pour Régis de Castelnau, il est de véritables héros qui méritent d'être soutenus. Djokovic n'en fait pas partie.

Novak Djokovic n'est pas un héros. Julian Assange, si.


J’aime bien Novak Djokovic comme sportif en général et comme joueur de tennis en particulier. Il vient d’être à l’origine d’un spasme planétaire autour des péripéties qui se sont déroulées en Australie à l'occasion de son déplacement dans ce pays pour participer à un tournoi. Rappelons quelques éléments de contexte. Il aurait été autorisé par la fédération australienne ou les organisateurs du tournoi à se rendre à Melbourne alors qu’il n’était pas vacciné. Le gouvernement australien s’est signalé depuis le début de la pandémie Covid par toute une série de délires répressifs qu’il justifie par le caractère insulaire du pays. Je ne sais pas si les autorités sportives – dont on nous dit qu’elles étaient d’accord avec la venue du champion serbe – s’étaient rapprochées de leur gouvernement mais la réaction brutale de celui-ci face à ce qui ressemblait à un passe-droit était plus que prévisible. À son arrivée sur le territoire, Novak Djokovic a été prestement enfermé dans un centre de rétention d’où une décision judiciaire l’a sorti quelques jours plus tard. L’affaire avait fait le tour du monde et provoqué les débats furieux qui opposent désormais systématiquement les sanitaristes extrémistes aux adeptes du refus de la vaccination. Il y a un moment que la simple raison est absente de ces débats, à croire que le virus provoque de part et d’autre des troubles psychiatriques avant même d’avoir contracté la maladie.

Je ne sais pas quelles étaient les intentions de Novak Djokovic avec ce déplacement dont il aurait pu comprendre avec trois sous de jugeote qu’il ne pouvait que mal se terminer. A-t-il vraiment pensé que le gouvernement australien allait s’incliner ? Et qu’il allait pouvoir tranquillement, sous les hourras de la foule, remporter son 21e tournoi du Grand Chelem ? Ou bien, comme le disent certains et comme...

Contenu réservé aux abonnés

62 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+