opinionsEnergie

Quand la bulle hydrogène éclatera

21/11/2020

OPINION. N’attendons pas que l’éclatement de la bulle économique soit précédé du dévastateur éclatement d’une bulle physique, celle de l’hydrogène, pour prohiber le développement d’un mode de mobilité aussi ruineux qu’illusoire.

Quand la bulle hydrogène éclatera

Quand la bulle hydrogène éclatera, ce jour-là, commenceront de sauter, un peu partout en UE, les mines dispersées par les promoteurs institutionnels de la plus grande imposture technicoéconomique de l’ère moderne : des préjudices de toute nature, bien entendu éligibles à aucun dédommagement, ni à recours contre un quelconque responsable. Songez que le billet d’entrée dans l’ère radieuse de l’hydrogène va être payé 9 milliards d’euros par le pays des Grünen, 2 milliards d’euros par un plan France Relance ne doutant de rien (1), surtout pas de l’avion à hydrogène, l’UE se disposant à déployer de 180 à 470 milliard d’euros, entre 2024 et 2050, dans cette paraît-il rupture technologique.

Mais en quoi, au juste, consiste cette dernière ? Tout bonnement en la substitution progressive de la motorisation hydrogène à la motorisation traditionnelle, dans les secteurs domestique, industriel, agricole et surtout du transport. Voyons ça de plus près, techniquement et économiquement, sans trop nous perdre en chiffres et en concepts abscons.

Si l’on écarte le moteur à réaction quasiment réservé au transport aérien, n’existent aujourd’hui que deux types de moteurs : le moteur thermique à combustion interne et le moteur électrique avec sa variante à air comprimé. Pour fonctionner, le premier brûle un carburant à produire industriellement au meilleur prix (*), le second consomme une électricité à générer également au prix le plus bas (**). Ainsi, l’hydrogène se revendique-t-il capable de se substituer à l’une et à l’autre source d’énergie, aussi abondamment et surtout à prix inférieurs à ceux des filières industrielles implicitement mentionnées.

(*) Point n’est besoin d’être un expert averti pour ne pas gober qu’un hydrogène actuellement produit à 95 % par reformage énergivore des ingrédients des carburants automobile, de surcroît au rendement de 60 à 70 %, est capable de concurrencer commercialement ces...

Contenu disponible gratuitement

53 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi