opinionsSouveraineté

Souveraineté bien ordonnée commence par soi-même

10/02/2021

OPINION. Avant de sʼindigner du manque de souveraineté de la nation, les individus qui la constituent et cautionnent le système en élisant des représentants, ne devraient-ils pas sʼinterroger sur leur propre souveraineté individuelle, lâchement abandonnée dans lʼurne ?

Souveraineté bien ordonnée commence par soi-même

Avant de sʼindigner du manque de souveraineté de la nation, les individus qui la constituent et cautionnent le système en élisant des représentants, ne devraient-ils pas sʼinterroger sur leur propre souveraineté individuelle, lâchement abandonnée dans lʼurne ?

On nous présente, depuis qu'il existe, le vote électif au suffrage universel comme un acte citoyen majeur, or c'est rigoureusement l'inverse dont il s'agit puisque que le peuple électeur, en élisant, abandonne de fait, sa souveraineté. La notion de peuple souverain via lʼélection dʼune représentation est finalement la plus belle escroquerie politique de tous les temps.

Nous étions pourtant prévenus : Le 7 septembre 1789, l'abbé Emmanuel-Joseph Sieyès prononce un discours à lʼAssemblée nationale constituante, dans lequel il distingue gouvernement démocratique et gouvernement représentatif en ces termes : “Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux même les lois, ils nʼont pas de volonté particulière à imposer. Sʼils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif, ce serait un État démocratique” “ Le peuple, je le répète, dans un pays qui nʼest pas une démocratie ( et la France ne saurait lʼêtre), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants.”

À lʼaune de cette définition irréfragable, on peut apprécier lʼescroquerie véhiculée de nos jours par lʼoxymore “démocratie représentative”. Le suffrage universel instaure ensuite lʼillusion démocratique toujours en vigueur de nos jours ! Cette mesure nʼinquiète guère Alexis De Tocqueville qui déclare: “ Le suffrage universel nʼest pas à craindre, les gens voteront comme on leur dira”
Une telle pertinence force le respect car qui peut démontrer que ce nʼest pas ce qui est advenu, et advient encore de nos jours à chaque élection ?

Depuis la mise en place du chiffon rouge « Front national » par Mitterrand en 1984,...

Contenu disponible gratuitement

68 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi