opinionsÉcole

Théorie du genre : école de France, où vas-tu ?

OPINION. Une circulaire de l’Éducation nationale du 30 septembre détaille les mesures à prendre face à un élève affirmant souffrir de « dysphorie de genre ». Le signe, pour notre lecteur, d’une infiltration inquiétante des idéologies déconstructivistes à l’école.

Théorie du genre : école de France, où vas-tu ?


Et voilà donc que le ministère de l’Éducation fait entrer comme sujet prioritaire dans les établissements scolaires, la théorie du genre promue, soutenue, par des lobbies ultra-puissants, et la pensée « progressiste » mainstream ! Un phénomène réel, mais minoritaire permet donc, une nouvelle fois, une attaque en règle d’un pilier fondamental de notre culture, de notre société et de notre civilisation.

Les maîtres d’école dont l’autorité est conspuée, le statut précaire, la mission délicate avec des élèves en proie à de multiples pressions externes (communautaires, etc.), se voient donc chargés par une circulaire des questions de transsexualité. Était-ce bien une priorité, et une nécessité que de charger leur barque déjà bien pleine ? Détecter des souffrances isolées est une chose, mais, l’école doit rester un lieu privilégié d’éducation, si possible protégé au mieux des idéologies et des querelles du monde des adultes.

Le bilan dans les pays nordiques de cette pénétration de cette théorie dans les milieux pédagogiques, est catastrophique. Alors pourquoi emboîter le pas ? Les minorités sont en train sur tous les domaines sociétaux, de renforcer les clivages de spécificité identitaire, et elles renforcent encore un individualisme déjà hélas trop marqué dans la pseudo-modernité de la société. La doctrine de l’inclusion, devenue un dogme, mal digérée par les politiques conduit ces derniers, pour se montrer « tendance » à laisser ces minorités devenir par leur impact le fait majoritaire, ce qu’elles ne sont pas.

Non au risque de choquer, une évidence : cela existe, oui, depuis toujours oui ! Mais tous les petits garçons ne sont pas des petites filles qui s’ignorent ! Non tout n’est pas semblable, non tout n’est pas indifférencié ! Le bon sens, et l’ordre naturel qui doivent prévaloir en forme de sagesse dans toute organisation sociétale ne peuvent pas constamment sur tous...

Contenu disponible gratuitement

37 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+