politiquePatriotismeabonnés

2021 et le retour du patriotisme

OPINION. Beaucoup d'évènements et de dynamiques ont marqué l'année 2021. Parmi celles-ci, note Régis de Castelnau, le retour des références à l'amour de la patrie au sein du "politiquement acceptable". Ce qui était difficile à imaginer quelques années auparavant…

2021 et le retour du patriotisme


Hubert Germain comme un révélateur

La disparition d’Hubert Germain, le dernier des Compagnons de la Libération, a constitué un assez étonnant révélateur des courants qui traversent la société française.

L’ordre de la Libération, créé à Londres par Charles de Gaulle en novembre 1940, était destiné « à récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'œuvre de Libération de la France et de son Empire ». 1038 personnes physiques ont été choisies par le chef de la France libre et ont reçu une décoration dont le prestige était immense dans les années 40 et 50. Le temps passant, les choses commencèrent à tomber un peu dans l’oubli, et seuls les nostalgiques se manifestaient à l’annonce du décès de l’un d’entre eux. La culture de la repentance a également joué son rôle, puisque tout un courant idéologique politique et historique prétendait que la France résistante était une fiction inventée par le général De Gaulle. Dans les années 70, avec l’arrivée au pouvoir de Valéry Giscard d’Estaing, représentant d’une bourgeoisie qui s’était fort bien accommodée de l’Occupation, et l’émergence d’une historiographie orientée, le mythe d’une France totalement "collabo" s’était imposé. Henri Amouroux avec ses « 40 millions de pétainistes » et le film Le chagrin et la pitié étaient les têtes de gondole d’une révision historique destinée à liquider le gaullisme et sa dimension patriotique.

Quand les Russes nous donnent la leçon

Les Compagnons de la Libération qui avaient survécu à la guerre disparurent les uns après les autres sans que l’opinion n'en soit avisée et sans que les autorités publiques ne se démènent beaucoup pour leur rendre hommage. Sans surprise, l’exemple le plus minable fut fourni par le gouvernement socialiste de Jean-Marc Ayrault lors du décès de Roland de la Poype en novembre 2012. Celui-ci,...

Contenu réservé aux abonnés

65 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+