politiqueEric Zemmourabonnés

Censurer Zemmour : le peuple est-il trop bête ?

02/11/2021

ARTICLE. Éric Zemmour est au centre de l’attention et menace Marine Le Pen dans la course au second tour. Face à l’ampleur du phénomène, certains opposants ont décidé non pas de le pourfendre sur le plan des idées, mais de le faire taire. Moins courageux… Plus efficace ? Même pas sûr.

Censurer Zemmour : le peuple est-il trop bête ?


« Voltaire, réveille-toi, ils sont devenus fous », pourrait-on écrire, singeant les Tchèques d’août 1968. Fous, ce sont des opposants d’Éric Zemmour, venant de la classe politique et de la société civile. Le journaliste qui enchaîne les interviews, les congrès, les signatures de dédicaces, et il faut bien le dire, les polémiques, ne laisse plus personne indifférent. Il est même crédité de 14 % à 17 % selon les différents instituts de sondages, ce qui le place d’office en candidat sérieux dans la course au second tour de la présidentielle 2022.

Plutôt que de l’affronter sur le plan des idées — et pourtant il y a de quoi, tant son programme ne semble tourner qu’autour de la seule question de l’immigration — certains de ses opposants ont décidé de le faire taire ou de le disqualifier définitivement. Une méthode bien plus confortable qu’un débat où le concerné peut répondre. Anne Hidalgo (PS) l’a bien compris, elle qui a tant peiné lors de son passage au Grand jury RTL LCI Le Figaro du 31 octobre 2021. Une confrontation avec le chroniqueur de CNews serait probablement désastreuse tant la maire de Paris a été incapable de justifier par des chiffres ses propositions, bafouillant nerveusement au point de qualifier une question — pourtant tout à fait légitime sur le passage des 35h aux 32h — d’un journaliste de « débile ».

Pour Anne Hidalgo, Éric Zemmour est un « guignol »

Alors interrogée sur Éric Zemmour, elle a balayé le sujet : « Il y a quelques années, des propos comme ceux de Zemmour auraient entraîné des manifestations », s’est-elle indignée, faisant probablement échos aux manifestations qui suivirent l’accession au second tour de Jean Marie Le Pen, le 21 avril 2002. Elle s’est dite opposée à un débat face à « un négationniste...

Contenu réservé aux abonnés

72 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+