Jeux OlympiquesAnne HidalgoabonnésContenu payant

L'horizon s'assombrit pour les Jeux Olympiques de Paris

ARTICLE. À moins d’un an de l’échéance, Paris sera-t-elle prête à accueillir les prochains Jeux olympiques ? En attendant, Anne Hidalgo enchaîne les déboires, les polémiques et les sorties hasardeuses. Et les nombreuses préoccupations des Français sont ailleurs.

/2023/11/jo-jeux-olympiques-paris-tahiti-twitter


Depuis plusieurs semaines, le cœur politique et médiatique de la capitale ne vibre que pour les JO et les tentatives désespérées de la part de sa maire, Anne Hidalgo, de se défaire de l’encombrant boulet que représente son voyage à Tahiti. Une excursion qui lui vaut depuis quelques déboires judiciaires — l’association AC Corruption a notamment porté plainte contre X pour détournement de fonds publics — et médiatiques.

La maire de Paris est accusée par ses détracteurs de s’être absentée près d’un mois entre octobre et novembre au prétexte de visiter les infrastructures de surf de Teahupoo, à Tahiti, dans le cadre des JO 2024. Supervision à laquelle elle n’est finalement pas livrée, préférant déléguer cette tâche à son adjoint aux Sports, Pierre Rabandan, pour finalement aller rendre visite à sa fille domiciliée dans une île près de Bora Bora. Le tout aux frais des contribuables.

Attaquée de toutes parts, la maire de Paris se défend. Mercredi 22 novembre, invitée chez Quotidien, ce ne sont pas les remords qui l’ont accablé : « Je ne fais pas partie de ces petits robots, de ces petits personnages politiques qu’on voit apparaître ici et là, qui expliquent à longueur de journée qu’un homme politique, ça ne s’occupe jamais de sa famille », a-t-elle ainsi justifiée sa longue virée dans les îles du Pacifique. Puis elle a lancé une petite bombe pour détourner les regards : si les JO sont en périls, c’est à cause de « deux choses sur lesquelles on ne va pas être prêt », d’une part « les transports » et d’autre part, « la mise à l’abri des personnes sans domicile » fixe.


La stratégie des contre-feux


La manœuvre a failli fonctionner : Clément Beaune, le ministre des Transports — et probable futur adversaire dans la course à la...

Vous aimerez aussi