politiqueService publicabonnés

Comment l’État se ruine en sous-traitance inefficace

04/05/2021

ARTICLE. En 2020, l’État aurait dépensé 160 milliards d’euros pour financer sa sous-traitance. Soit l’équivalent du quart du budget de l’État. Une externalisation coûteuse, qui entraîne une perte des compétences, et qui met en péril la souveraineté de l’État.

Comment l’État se ruine en sous-traitance inefficace

160 milliards d’euros par an. Voilà le coût astronomique que représenterait désormais la note de la sous-traitance en France pour l’État. Ce chiffre est avancé par “Nos services publics”, collectif constitué d’une centaine “d’agents des services publics, fonctionnaires ou contractuels” qui participent “à la conception et à la mise en œuvre des politiques publiques de l’état”. Il a publié le mois dernier une note de 14 pages, intitulée “60 Md€ d’externalisation par an : comment la puissance publique sape sa capacité d’agir”. Le collectif pointe entre autres la perte cruciale de compétences au sein de l’État.

Les auteurs de la note expliquent comment les politiques publiques ont, petit à petit, guidées par le sacro-saint dogme libéral, externalisé des pans entiers de fonctions parfois régaliennes. Du début des années 1990 au projet « Action Publique 2022 » lancé en septembre 2018, ce sont les résultats de trois décennies de diminution du périmètre des services publics qui s’étalent devant nos yeux. Qu’ils aient été de gauche ou de droite, les gouvernements successifs y ont tous contribué. La palme revenant tout de même au quinquennat Sarkozy et à sa révision générale des politiques publiques (RGPP). En instaurant le non-remplacement d’un fonctionnaire d’État sur deux partant à la retraite en 2008, il a, de fait, contraint les services de l’État à trouver une substitution aux emplois perdus.

Une logique budgétaire disproportionnée ?

Ainsi, “Nos services publics” note qu’entre 2006 et 2018, l’État a perdu près de 180 000 agents, et ce sont plus de 220 000 agents qui ont été transférés des ministères vers les établissements publics de l’État. Autrement dit : une véritable saignée. Car si certaines fonctions pouvaient raisonnablement voir leurs effectifs baisser – la dématérialisation informatique aidant – la RGPP a globalement été appliquée de façon...

Contenu réservé aux abonnés

59 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+