politiqueénergie nucléaireabonnés

Énergie : Olivier Marleix revient à la charge

16/09/2022

ARTICLE. Dans une tribune publié mardi dans Le Figaro, le président du groupe LR dénonce la position du gouvernement vis-à-vis d’une potentielle réforme du marché européen de l’électricité, proposée par l’Allemagne, ayant pour finalité l’instauration d’une taxe contraire aux intérêts de la France.

Énergie : Olivier Marleix revient à la charge


Le député d’Eure-et-Loir n’en démord pas. Après avoir proposé, le 6 septembre dernier, la création d’une commission d’enquête parlementaire sur le nucléaire, Olivier Marleix revient dans le débat public pour défendre la souveraineté énergétique française.

Nouvel épisode dans la longue histoire de la solidarité à sens unique au sein du ‘‘couple franco-allemand’’. Emmanuel Macron a en effet annoncé sur Twitter, sans concertation aucune, que « nous défendrons la mise en œuvre d’un mécanisme européen qui mettra à contribution les producteurs d’énergie dont les coûts de production sont bien inférieurs au prix du marché ». Ce mécanisme européen consistant en fait simplement en « un prélèvement sur ceux qui produisent de l’énergie hydroélectrique ou nucléaire dont les coûts de production sont inférieurs à ceux des centrales à charbon et à gaz, pour subventionner ceux qui doivent acheter du gaz pour produire de l’électricité » comme l’indique Olivier Marleix. Ce qui nuit évidemment aux intérêts français et favorise grandement les intérêts allemands ; comme le rappelle le député, « la France est le pays où la part de l’électricité produite grâce au nucléaire et aux barrages est la plus importante, quand l’Allemagne produit essentiellement son électricité avec du gaz (elle en consomme deux fois plus que nous), du charbon et du lignite, très polluant ». Rappelons à ce titre que la France est déjà enlisée dans le marché européen de l’électricité, dans lequel le coût de production global est indexé sur le coût de production le plus onéreux, c’est à dire l’électricité produite par les centrales à gaz.

L’Allemagne reste anti-nucléaire

Cette annonce du président de la République fait cruellement écho à ce que le chancelier allemand, Olaf Scholz, a déclaré à l'occasion d’un discours prononcé à Prague le 29 août dernier « En ce qui concerne l’électricité, je pense...

Contenu réservé aux abonnés

36 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi