politiquePolitique

Éric Zemmour : phénomène politique ou faire-valoir médiatique ? (partie 1)

05/01/2022

OPINION. Attaqué sur sa personne comme sur ses idées, l’ex-journaliste est-il en capacité de briguer la magistrature suprême ? Retour sur une entrée en politique semée d’embûches.

Éric Zemmour : phénomène politique ou faire-valoir médiatique ? (partie 1)


Après son retrait précipité de CNews, Éric Zemmour a fait de nombreuses apparitions médiatiques au cours desquelles ses adversaires ont affûté leurs anathèmes davantage que leurs arguments, sans jamais trouver le ton juste, ballottés entre désarroi et colère, mépris et haine, condamnation et caricature.

Dans le sérail politico-médiatique, c’est d’abord un sentiment d’incrédulité qui a prévalu dans les semaines qui ont suivi le départ d’Eric Zemmour de son émission quotidienne de CNews. Les signes avant-coureurs n’avaient pourtant pas manqué au fil des émissions. Il évoqua les regrets de Jacques Bainville, lui aussi journaliste et écrivain, de n’avoir pu défendre ses idées sur le terrain politique. Il s’était interrogé à haute voix sur le profil de la personnalité politique susceptible de correspondre à la situation d’extrême urgence que connaît la France selon lui. Avant l’été, il en avait conclu par élimination qu’il serait le seul capable d’affronter les défis à venir sans céder aux immanquables pressions une fois gravie la plus haute marche du pouvoir.

Il indiqua qu’il irait au combat, par devoir et nécessité, pour sauver la France d’un destin tragique. Reprenant la citation de Victor Hugo : « Rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue », le polémiste juge en effet de longue date la situation de la France explosive et allant de mal en pis, évoquant une « guerre civile à bas bruit », conséquence de plusieurs décennies d’aveuglement et d’immobilisme des politiques face à une immigration incontrôlée, une identité menacée et une insécurité galopante.

Des premiers pas dans l’indifférence et le mépris

Son entrée dans l’arène politique début septembre a d’abord été qualifiée d’épiphénomène tous médias confondus, puisque les sondages lui accordaient les suffrages d’une candidature de témoignage. N’arrivant pas à appréhender la réalité du phénomène et restant sans voix devant sa...

Contenu disponible gratuitement

82 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+