politiqueIndustrieabonnés

La mort de l’industrie française d’armement

05/09/2021

ARTICLE. Dans les colonnes de La Tribune, une vingtaine de spécialistes des questions de défense dénoncent « la mort confirmée de l’industrie d'armement française ». Énième symptôme d’une industrie d’armement en mal de souveraineté, la constatation dressée par le groupe Vauban a de quoi inquiéter.

La mort de l’industrie française d’armement

« La mort confirmée de l’industrie d’armement française », titre la tribune, le 31 août dernier. Une vingtaine de spécialistes des questions de défense issus du Groupe Vauban y dénoncent la déliquescence de notre souveraineté militaire. « Forcément coupable de corruption, forcément auxiliaire des dictateurs et autres génocidaires, forcément nuisible à toute société, l’industrie d’armement ne doit plus être financée, ni pour la R&A ni pour la production et a fortiori pour l’exportation », peut-on lire dans le papier en question.

Bruxelles en ligne de mire

Reprochant le poids de la transparence bruxelloise dans les domaines de l’environnement, des enjeux de sociétés et de gouvernance, les experts sont unanimes : « après avoir soumis le commerce et la gouvernance des sociétés à leur tyrannie opaque et sans appel, mais jamais désintéressée, les mêmes acteurs (ONG, avocats, fonds éthiques, agences de notation, etc.) désirent désormais détruire le cœur même de son existence : le financement des activités industrielles et commerciales de la Défense ».

Et pour cause. Le projet européen baptisé « Corporate Sustainability Reporting Directive » menace d’après les experts « le bras armé des forces : l'industrie d'armement, sans laquelle un appareil de défense ne peut songer à l'indépendance et à l'efficacité ». Pour rappel, la proposition de cette directive datant d’avril 2021 prévoit notamment des standards de durabilité harmonisés à l’échelle européenne, alignés sur un indice classant l’ensemble des activités économiques selon leur impact écologique. « On préfère l'éolienne à l'avion de combat », déclare le communiqué. « Aucun banquier, aucun assureur, aucun responsable de fonds ne voudra se compromettre avec les marchands de canons dont tous veulent la peau ».

L’armée française sous le coup du droit européen

Que l’on se souvienne de cet arrêt de la Cour de Justice européenne, affirmant début juillet que les...

Contenu réservé aux abonnés

58 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+