politiqueCnewsabonnés

LREM cherche-t-il à museler Éric Zemmour et l’opposition ?

03/06/2021

ARTICLE. Un eurodéputé LREM, proche d’Emmanuel Macron, veut décompter le temps de parole des éditorialistes trop “engagés”. Eric Zemmour est spécifiquement visé. Mais pourquoi lui, et non d’autres éditorialistes comme ceux de France Inter ? Une initiative malheureuse et pas tellement démocratique.

LREM cherche-t-il à museler Éric Zemmour et l’opposition ?

Pour l’ancien conseiller politique du président et désormais eurodéputé, Stéphane Séjourné, il faudrait désormais que le temps de parole d’Éric Zemmour dans les médias audiovisuels soit décompté politiquement. “On ne sait pas si Éric Zemmour est dans le champ politique, s’il va se présenter à une élection, s’il fait campagne pour quelqu’un”, a-t-il expliqué en interview au journal L’Opinion. Une raison pour lui de s’interroger : “La logique d’une frontière grise est de se demander si ce temps de parole n’est pas un temps de parole politique”. Pour l’eurodéputé, c’est clair: “Ceux qui regardent ces émissions voient bien que ce temps de parole va au-delà (…) Il faut ouvrir ce débat”. Une attaque en règle contre la liberté d’expression et la liberté de la presse.

Le temps de parole de Michel Onfray également comptabilisé ?

Une attaque d’autant plus discutable qu’elle ne concernerait que les éditorialistes "les plus engagés". Que veut dire cette expression ? Qui est engagé, qui ne l’est pas ? Y a-t-il bon engagement et mauvais engagement ? À quel moment doit-on déclencher l’alerte ? Raquel Garrido, notoirement proche de La France insoumise, et régulièrement présente dans l’émission de divertissement “Touche Pas à Mon Poste” sur C8, est considérée comme “éditorialiste”. Doit-on donc prendre en compte son temps de parole également ?

Et dans le cas d’Éric Zemmour, car il est avant tout question de lui, dans quelle case faudrait-il le décompter ? Le RN ? Les LR ? EELV ? Officiellement, le journaliste n’a pas déclaré qui avait les faveurs de ses votes. Il en va de même pour Michel Onfray, à qui  une journaliste de France Inter a recemment reproché une parole "éminemment polémique, politique", qu'il conviendrait de "comptabiliser, mesurer, identifier".  Réponse de l'intéressé, solicité par nos soins...

Contenu réservé aux abonnés

59 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...