politiqueCrise Sanitaire

Pourquoi se faire traiter de "procureur" par le président Macron ne passe pas

22/01/2021

OPINION. A Saclay, jeudi, Emmanuel Macron est sorti de ses gonds et s’est prêté à un exercice qu’il affectionne, le dédain, estimant que ses compatriotes étaient « 66 millions de procureurs ». Le co-fondateur de Front Populaire Stéphane Simon en profite pour rappeler au chef de l’Etat quelques vérités.

Pourquoi se faire traiter de "procureur" par le président Macron ne passe pas

N'en déplaise au président Emmanuel Macron, je suis un Gaulois réfractaire. Ne lui en déplaise, je suis un procureur parmi 66 millions d’autres. Ne lui en déplaise, je pense qu’en France, on peut encore être fier de garder sa liberté de penser et encore plus de s’exprimer, fût-ce pour exprimer des doutes sur la manière dont est conduite la politique sanitaire dans notre pays.

Et puisqu’il m’est encore donné de faire quelques observations sans troubler l’ordre public, je voudrais rappeler au président de la Répiblique qu’en critiquant l'exécutif comme il l’a fait dans les colonnes du Journal du dimanche le 2 janvier dernier, en particulier Olivier Véran, il nous a bien montré l’exemple. « Le chef de l’Etat tape du poing sur la table, il veut que la campagne de vaccination accélère, lisait-on, nous sommes sur un rythme de promenade en famille, et ce n’est à la hauteur ni du moment, ni des Français… Moi, ajoutait le chef de l’Etat, martial, je fais la guerre le matin, le midi, le soir et la nuit. Et j’attends de tous le même engagement. Or là, ça ne va pas… » Emmanuel Macron s’érigeait bien lui comme procureur à charge contre son gouvernement. Ce qui était du reste assez inédit sous la Ve République mais pouvait être perçu comme une énieme version du « en même temps » : je conduis les rênes du pays mais en même temps je suis le premier à le critiquer.

A Front Populaire, nous avons vocation à être parmi les 66 millions d’autres et nous sommes fiers de prendre notre part. D’être parmi ces Français du peuple qui constatent, qu’en temps un, la gestion des masques fut à minima approximative, mensongère au pire. En temps deux, que la politique du « tester, tracer, isoler »...

Contenu disponible gratuitement

47 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+