politiqueParis

Réouverture : Hidalgo envisage de taxer les terrasses éphémères des restaurateurs

30/04/2021

ARTICLE. Les négociations entre les professionnels de l’hôtellerie, la restauration et la mairie sont en cours. L’enjeu des échanges porte sur la mise en place des futures terrasses éphémères. Mauvaise surprise pour les restaurateurs et les barmen, Anne Hidalgo souhaiterait les rendre payantes.

Réouverture :  Hidalgo envisage de taxer les terrasses éphémères des restaurateurs

Le 2 juin 2020, lors du premier déconfinement, des terrasses éphémères avaient fleuri au cœur de la capitale. Elles étaient les seules autorisées à ouvrir. Dans un grand geste de générosité, pas du tout intéressée par les municipales qui approchaient à grands pas, Anne Hidalgo, maire de Paris, avait alors exonéré de taxes ces nouveaux aménagements. Presqu’un an plus tard, alors que l’histoire bégaie, il n’est plus question de cadeaux financiers.

À partir de juin 2021, les restaurateurs et autres barmen devraient mettre la main à la poche. À partir de juillet, la municipalité souhaite instaurer un nouveau règlement des étalages et des terrasses (RET). Olivia Polski, adjointe chargée du commerce à la mairie de Paris, a expliqué dans le Parisien que : “Nous avons fait un gros effort depuis le début de la crise (…) Mais à partir de juillet, les terrasses et les extensions éphémères seront payantes et les tarifs seront harmonisés”.

Une taxe autour de 425 euros annuels

La mesure n’est pas officiellement entérinée. Depuis une semaine, le secteur de l’hôtellerie, de la restauration et des cafés discute avec les riverains et la municipalité. L’objectif est de parvenir à un consensus sur l’utilisation des terrasses éphémères, qui devraient être à nouveau les premières autorisées à rouvrir lors du déconfinement de mai. Le sort financier de ces aménagements, qui prennent place sur les trottoirs où les places de stationnements ne sont pas fixées, mais la formulation employée par Olivia Polski laisse peu de place aux doutes.

D’après le figaro, la médiane payée par les restaurateurs et les barmen de Paris s’élèverait à 425 euros par an, soit environ 35 euros mensuels par professionnel. Cette information, donnée par la mairie elle-même, vise à minimiser l’ampleur de l’effort. Mais la municipalité oublie à quel degré de fragilité financière...

Contenu disponible gratuitement

47 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+