politiquePrésidentielleabonnés

Staline, "camarade" ou "pas camarade" ? Quand Fabien Roussel tombe dans le piège du groupe Canal

23/03/2022

ARTICLE. Face caméra, Fabien Roussel s’est prêté à un jeu étonnant avec les enfants de l’émission « Au tableau ». Le candidat du PCF a dû classer des dictateurs en deux catégories : « camarade » ou « pas camarade ». Un jeu gênant qui ne grandit ni le candidat, ni l’exercice de la campagne présidentielle… ni les médias.

Staline, "camarade" ou "pas camarade" ? Quand Fabien Roussel tombe dans le piège du groupe Canal


Joseph Staline, Kim Jong-Un ou Fidel Castro : gentils ou pas gentils ? C’est peu ou prou la question à laquelle a dû répondre un Fabien Roussel quelque peu gêné face aux enfants de l’émission « Au tableau ». Bien que devant être diffusée ce dimanche 27 mars sur C8 (propriété du groupe Canal), des extraits ont été publiés lors de l’émission « Morandini live » ce mardi 22 mars sur CNews. Et autant le dire : le candidat communiste ne sort pas grandi de la séquence.

Il y a tout d’abord les atermoiements du candidat du parti communiste français à qualifier des dictateurs de « camarades » ou « non camarade ». Fidel Castro recueille les faveurs de Fabien Roussel qui dit préférer aux critiques du régime, « le fait qu’il a permis la libération de son pays ». Quand vient l’heure de trancher l’épineuse question de Joseph Staline, Roussel, qui gravite d’après les sondages à presque 4 % des intentions de vote, hésite. « Il est celui qui a été le chef de guerre contre le nazisme », mais « il a été responsable de millions de morts dans son pays ». Le Géorgien est placé entre les deux colonnes. Quand l’un des enfants souligne qu’« il a quand même tué des gens », Roussel répond avec désinvolture : « Alors on le met là », classifiant ainsi dans la rubrique « non camarade » celui qu’il affichait jusqu’alors entre les deux catégories.

La séquence d’un Fabien Roussel, gauche devant son tableau, hésitant à épingler la photo de Joseph Staline dans le camp des gentils ou des méchants peut prêter à sourire. Pourtant, il est question de millions de morts, qui ne pèsent manifestement pas si lourd pour celui qui appelle pourtant à « faire barrage à...

Contenu réservé aux abonnés

49 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi