politiqueVaccin abonnés

Vaccins : Valneva jette l’éponge et ne veut plus négocier avec l’Union européenne

23/04/2021

ARTICLE. Alors qu’un accord préliminaire de 60 millions de doses avait été conclu entre Valneva et l’UE en janvier, l’entreprise de biotechnologies jette l’éponge. Les négociations se feront désormais directement avec les États membres. Un énième raté pour l’UE, qui préfère se soumettre aux nouveaux tarifs rédhibitoires de Pfizer et BioNTech. 

Vaccins : Valneva jette l’éponge et ne veut plus négocier avec l’Union européenne

La gestion des vaccins par l’Union européenne prêterait presque à sourire, si le sujet n’était pas si sensible. Le 20 avril 2021, l’entreprise franco-autrichienne Valneva a déclaré dans un communiqué qu’elle se “focaliserait maintenant sur des discussions bilatérales, pays par pays” et qu’elle “ne donnerait plus la priorité aux discussions de fourniture centralisée actuellement en cours avec la Commission européenne”. Nous ne sommes rien sans l’Europe, nous assène-t-on à longueur de journée et d’interviews, voilà que la réalité s’affiche une énième fois sous nos yeux. L’UE est tellement enfoncée dans sa lenteur bureaucratique, qu’un laboratoire préfère prendre le risque d’une négociation pays par pays, plutôt qu’une commande groupée pourtant plus intéressante financièrement.

Nous avons consacré beaucoup de temps et d’efforts à essayer de répondre aux exigences du processus d’achat centralisé de la Commission européenne” explique Thomas Lingelbach, l’un des deux codirigeants de l’entreprise, qui poursuit : “nous n’avons pas, à ce jour, fait des progrès significatifs ni conclu un accord d’approvisionnement”. Une situation ubuesque. Le 12 janvier, l’UE avait pourtant annoncé avoir conclu un accord préliminaire qui prévoyait une livraison de 30 millions de doses dans un premier temps puis 30 autres millions supplémentaires un peu plus tard. Malgré cet accord, la négociation a finalement échoué au bout de quatre mois, sans qu’on sache pour le moment quels ont été les points d’achoppement.

Ce n’est pas la première fois que l’Europe des 28 échoue dans sa gestion du dossier Valneva. Cette dernière avait sondé, entre autres, la France ainsi que l’Union européenne, en 2020, mais aucun des deux n’avait eu la promptitude du Royaume-Uni. Elle avait sauté sur l’occasion en précommandant 190 millions de doses, pour une valeur de 1,4 milliard d’euros. Libéré des contraintes administratives de l’Union européenne, Boris Johnson avait...

Contenu réservé aux abonnés

46 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+