sociétéAgriculture

« 4 pour 1000 » ou comment neutraliser les émissions de CO2

30/01/2021

OPINION. Il ressort d’un calcul de bilan simple qu’une augmentation de 4 pour 1000 par an du taux de matière organique dans les sols agricoles de la planète permettrait d’absorber toutes les émissions de CO2, voire même de rattraper une partie des émissions des 30 dernières années.

« 4 pour 1000 » ou comment neutraliser les émissions de CO2

Les sols agricoles sont-ils un puits insondable que l’on pourrait remplir de carbone ?

L’invention de la charrue a permis d’augmenter considérablement les rendements agricoles. On a longtemps enseigné qu’en ameublissant le sol, elle permettait aux plantes cultivées de mieux s’y implanter, ce qui est complètement faux. La charrue a deux actions complémentaires pour augmenter les rendements des cultures : elle permet une destruction efficace de la flore présente au moment de la culture, et elle fait pénétrer profondément l’oxygène dans le sol, provoquant une oxydation massive de la matière organique qu’il contient. Voir passer une charrue dans un champ, c’est assister à un incendie invisible. Cette oxydation libère les éléments nutritifs contenus dans la matière organique (azote, potasse, phosphore, soufre, fer etc…) et les met ainsi à disposition des plantes.

L’invention de la traction motorisée et de tout une série d’outils sophistiqués de travail du sol (herses rotatives, chisels, etc…) ont renforcé cet effet. La matière organique dont nous parlons est une matière extrêmement stable, dont la minéralisation naturelle peut prendre des siècles. Sous un régime de travail mécanique du sol, elle prend quelques dizaines d’années, ce qui est trop lent pour qu’au cours d’une vie d’Homme on prenne la mesure des dégâts causés.

En oxydant la matière organique des sols, on gagne pour un temps sur les rendements, mais on grignote un capital accumulé au cours des millénaires. Une fois qu’on a fait baisser ce taux de matière organique dans les sols, ce qui est le cas de pratiquement tous les sols agricoles travaillés mécaniquement, leur structure s’effondre. Les outils de travail du sol deviennent alors effectivement nécessaires pour ameublir le sol, ainsi que la fertilisation chimique massive pour apporter ce que le sol ne peut plus fournir. C’est ainsi que notre agriculture est devenue dépendante des engrais...

Contenu disponible gratuitement

64 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+