sociétéÉcoleabonnés

Éducation : les mathématiques, mal-aimées de la classe ?

13/05/2022

ARTICLE. Les résultats d’admissibilité au Capes sont tombés, et le manque d’attraction pour les mathématiques se confirme. Pour la première fois, il y a moins d’admissibles que de postes proposés. La réforme du lycée initiée par Jean-Michel Blanquer en 2019 avait déjà porté un coup rude à l’enseignement de la discipline.

Éducation : les mathématiques, mal-aimées de la classe ?


Les mathématiques n’ont plus la cote en France. Pour 1 035 postes ouverts au certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré (Capes) en mathématiques cette année, seuls 816 candidats sont admissibles. Après annonce de ces résultats, le ministère de l’Éducation nationale a organisé le 11 mai une conférence de presse. Une tentative de dédramatiser la situation.

Vincent Soetemont, directeur général des ressources humaines, et Édouard Geffray, directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco), ont ainsi justifié cette baisse de candidats par l’entrée en vigueur de la réforme du concours. Jusqu’à l’année dernière, les étudiants en M1 pouvaient passer le concours du Capes ; depuis cette année, seuls les étudiants en M2 le peuvent. Ce même constat inquiétant peut être d’ailleurs fait pour l’enseignement de l’allemand. Mais le ministère ne s’affole pas. « On peut rassurer tout le monde : les élèves auront bien des professeurs devant eux à la rentrée, y compris en mathématiques », a affirmé Édouard Geffray.

Une tendance de fond

Pourtant, la chute du nombre de candidats a été une constante ces dernières années : 2075 candidats présents pour 1167 postes en 2021, 1928 candidats présents pour 1185 postes en 2020, 2139 candidats présents pour 1200 postes en 2019 et 2263 candidats présents pour 1183 postes en 2018. Le Figaro rappelle qu’en 2005, 4074 candidats s’étaient présentés pour 1310 postes offerts. « De plus en plus de postes demeurent non pourvus à l'issue des concours, faute d'un nombre suffisant de candidats », alertait dans un rapport daté de juin 2021 le sénateur (LR) Gérard Longuet, rapporteur spécial de la commission des Finances pour la mission « Enseignement scolaire ». Le sénateur proposait notamment de « poursuivre les mesures de revalorisation budgétaire » et de lancer « une formation initiale plus adaptée pour les enseignants du premier...

Contenu réservé aux abonnés

57 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+