sociétéSouveraineté

Le digital au service de Big Brother

27/06/2020

Sous le prétexte fallacieux de nous protéger et de nous divertir, les outils numériques, totems de la Start Up Nation, contribuent à rendre notre société toujours plus orwellienne.

Le digital au service de Big Brother

Pierre après pierre, insidieusement et tranquillement, l’âge de la surveillance de masse se propage dans les démocraties libérales. La récente crise sanitaire illustre ce constat. A l’avenir, la mainmise technologique risque de prendre une ampleur inédite et contraindre les peuples à d’importantes privations de libertés.

Des signaux inquiétants

L’Asie du sud-est, à commencer par la Chine, incarne le foyer visible du contrôle des masses. Régulièrement pointés du doigt, ces Etats ont été parmi les premiers à utiliser le traçage des populations et la notation des comportements humains. Pendant l’épidémie du COVID-19, la République de Singapour, pourtant réputée libérale, a expérimenté les robots de surveillance dans les parcs. Ces nouveaux policiers non-humains étaient chargés de faire respecter la distanciation sociale. Dans le même temps à Taïwan, le traçage numérique a été rendu possible par les opérateurs téléphoniques qui ont fait usage des données de localisation pour suivre les personnes.

Si l’Etat français a d’abord porté un regard suspicieux et désapprobateur sur ces méthodes, il a finalement donné son feu vert pour la mise en place de l’application de traçage "StopCovid". Face aux réticences de la population, le téléchargement de l’outil a été basé sur le volontariat. En dépit de cela, l’application de tracking, mise en place le 2 juin, est un échec. Seuls 2% des Français l’ont téléchargé. Ce camouflet illustre la singularité du peuple français et la permanence de son histoire jusque dans ses instincts de méfiance les plus anodins. Face à un monde où la technologie va plus vite que la morale, les "Gaulois réfractaires" deviennent le plus bel espoir d’une nation unique en son genre: La France.

La surveillance technologique s’inscrit dans un contexte de contrôle de la pensée

Le contrôle des masses par des outils "innovants" participe de la surveillance idéologique déjà à l’œuvre dans les démocraties libérales. Si la raison sanitaire

Contenu disponible gratuitement

58 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi